Epau­ler les ma­lades grâce à l’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Santé -

« Il fau­drait pou­voir tra­vailler en ré­seau, créer une conti­nui­té des soins sur le long cours pour que ce qui est fait en mi­lieu hos­pi­ta­lier puisse trou­ver un pro­lon­ge­ment et s’ap­pli­quer au do­mi­cile des pa­tients. Une des dif­fi­cul­tés que nous ren­con­trons, c’est la mo­ti­va­tion du ma­lade, son ac­com­pa­gne­ment, puisque dans l’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique, il ap­prend ce qu’il va de­voir chan­ger dans son com­por­te­ment et dans ses ha­bi­tudes. Ce­la de­mande donc un sui­vi et des en­tre­tiens ré­gu­liers.»

«Il faut le cou­rage de la per­sua­sion, parce qu’on s’adresse à un pu­blic de por­teurs de ma­la­dies chro­niques. Il faut les convaincre de l’in­té­rêt d’adhé­rer au pro­gramme d’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique.»

« Il faut aus­si que les ma­lades sachent que ces pro­grammes existent, mettre des af­fiches dans les hô­pi­taux pour les in­for­mer ! »

« dans les éta­blis­se­ments de san­té, on a l’im­pres­sion que les seuls mé­de­cins sen­si­bi­li­sés à l’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique sont ceux qui font les pro­grammes. Il fau­drait sen­si­bi­li­ser les pro­fes­sion­nels dès la fac de mé­de­cine ! »

« L’ARS a me­né une cam­pagne d’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique très bien faite. Pour­quoi les autres ARS ne s’en ins­pirent-elles pas ? »

Dos­sier : Nancy CATTAN et Axelle TRUQUET

DR)

Eric Ba­lez (à droite) prône l’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique.(Pho­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.