En Corse, deux vil­las d’un proche de Macron échappent à la dé­mo­li­tion

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

« On se rend compte qu’une fa­mille puissante peut se per­mettre de construire dans un lieu pri­vi­lé­gié, vierge, sans per­mis » : les deux as­so­cia­tions de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment U Le­vante et ABCDE, qui avaient por­té l’af­faire en jus­tice, ont dé­plo­ré jeu­di une dé­ci­sion de la cour d’ap­pel de Bas­tia condam­nant l’homme d’af­faires Pierre Fer­rac­ci, pro­prié­taire de deux vil­las construites sur un site pro­té­gé, à une amende d’un mil­lion d’eu­ros, mais épar­gnant les mai­sons. Bâ­ties en  et  et si­tuées dans la baie de Ron­di­na­ra, près de Bo­ni­fa­cio (Corse-du-Sud), les deux pro­prié­tés font  mètres car­rés cha­cune. Membre d’une fa­mille im­plan­tée de­puis long­temps dans la ré­gion, Pierre Fer­rac­ci di­rige la société de conseils Al­pha et le Pa­ris Foot­ball Club. « Dé­peint comme un homme in­fluent, proche d’Em­ma­nuel Macron », se­lon France Bleu Corse, il est par ailleurs le fils d’Albert Fer­rac­ci, qui fut une fi­gure de la Ré­sis­tance et un cadre du PCF… et le père de Marc Fer­rac­ci, ami très proche du Président, qui fait par­tie « des têtes pen­santes du programme éco­no­mique [de ce der­nier] et l’un des prin­ci­paux ins­pi­ra­teurs des ré­formes du tra­vail en pré­pa­ra­tion », se­lon Les Echos.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.