Comme un grand !

Pour son premier Tour, Li­lian Cal­me­jane a dé­cro­ché un suc­cès plein de pa­nache, en so­li­taire

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Li­lian Cal­me­jane, un jeune Fran­çais de 24 ans, a rem­por­té avec éclat, en so­li­taire, la 8e étape du Tour de France, hier, dans la sta­tion des Rousses, pour son premier suc­cès dans la Grande Boucle. Alors que Cal­me­jane pre­nait aus­si le maillot à pois, le Bri­tan­nique Ch­ris Froome (Sky) a conser­vé le jaune de lea­der au terme de cette étape de moyenne mon­tagne dans le Ju­ra, ani­mée de bout en bout des 187,5 km. Cal­me­jane, ori­gi­naire d’Al­bi, a souf­fert de crampes à 5 km de l’ar­ri­vée. Mais il est par­ve­nu à s’im­po­ser, 37 se­condes devant le Néer­lan­dais Ro­bert Ge­sink et 50 se­condes avant le pe­lo­ton des fa­vo­ris.

« Je me suis fait mal comme

ja­mais », a ré­agi le Tar­nais qui a si­gné la deuxième vic­toire fran­çaise de­puis le dé­part, quatre jours après Ar­naud Dé­mare à Vit­tel, en conclu­sion d’une folle et chaude journée. Cette étape, en­ta­mée sur les cha­peaux de roue (47,4 km dans la pre­mière heure), a don­né lieu à un festival d’attaques avant qu’une échap­pée de… 48 cou­reurs ne se forme après 70 km. Un groupe de huit (Bar­guil, Cal­me­jane, Clarke, Pau­wels, Van Aver­maet, Ba­ke­lants, Roche, Ge­sink), après d’in­ces­sants dé­mar­rages et contre-attaques, a fi­ni par se dé­ga­ger dans la côte de Vi­ry, à une cin­quan­taine de ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée. Dans la der­nière as­cen­sion, le groupe s’est ef­fi­lo­ché au fur et à me­sure que l’équipe Sky se rap­pro­chait à moins d’une mi­nute et de­mie.

« J’ai frô­lé la ca­tas­trophe »

Cal­me­jane, imi­té en­suite par Ge­sink, est par­ti en contre-at­taque der­rière l’Ir­lan­dais Nicolas Roche et le Belge Serge Pau­wels, dans la der­nière as­cen­sion, sur les hau­teurs de Saint-Claude. Avant de por­ter l’es­to­cade sur les pentes de cette mon­tée clas­sée en pre­mière ca­té­go­rie. Vain­queur d’une étape de la Vuel­ta l’an pas­sé pour sa pre­mière sai­son dans le pe­lo­ton pro­fes­sion­nel, Cal­me­jane n’est pas du genre à traî­ner en route. « L’an der­nier, j’ai ga­gné un peu de la même ma­nière sur

la Vuel­ta », a dé­cla­ré le vain­queur qui a connu une grosse émo­tion quand il a été pris de crampes (cuisse) dans le fi­nal. « Je ne suis pas pas­sé loin de la ca­tas­trophe, mais ça a bien vou­lu sou­rire, c’était mon jour, a ajou­té le Tar­nais. Il fal­lait que je re­trouve un peu plus de sou­plesse, heu­reu­se­ment j’avais un pe­tit matelas d’avance et j’ai tour­né les jambes pour tra­vailler en vé­lo­ci­té et faire dis­pa­raître les crampes ». L’ex­pli­ca­tion de tels maux ?

« Après une des­cente, on re­lâche un peu ses jambes et ça tire beau­coup quand on re­met du bra­quet », a ré­pon­du le Fran­çais en sou­li­gnant la forte cha­leur pro­pice à ce genre de dé­sa­gré­ment. « J’ai dé­jà connu ça l’an der­nier au Tour de l’Ain, je sais comment il faut gé­rer ». Froome, dont l’équipe a été mise à contri­bu­tion sans pour au­tant être en dan­ger, a fait une courte sor­tie de route, dans le sillage de Tho­mas qui est al­lé tout droit dans un vi­rage. Mais le Bri­tan­nique a vite re­pris sa place. Plus de peur que de mal avant une étape qui s’an­nonce dé­ci­sive au­jourd’hui, avec trois cols clas­sés hors ca­té­go­rie (Biche, Grand Co­lom­bier, Mont du Chat) entre Nan­tua et Cham­bé­ry. Sept mon­tées fi­gurent sur ce par­cours mon­ta­gneux de 181,5 ki­lo­mètres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.