Quand ça ne veut pas...

Jo-Wil­fried Tson­ga et Gaël Mon­fils ont été éli­mi­nés hier par Sam Quer­rey et Adrian Man­na­ri­no. Il y au­ra seu­le­ment trois Fran­çais en deuxième se­maine

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Moins de cinq mi­nutes : c’est le temps pas­sé hier sur le court N.2 (2h58 au to­tal) par Tson­ga et Sam Quer­rey dont la par­tie avait été in­ter­rom­pue la veille par la nuit alors que l’Amé­ri­cain ve­nait de re­prendre l’avan­tage dans le cin­quième set (6-5). Le Man­ceau de 32 ans a eu l’oc­ca­sion de re­ve­nir à 6 par­tout, mais Quer­rey, quartde-fi­na­liste l’an pas­sé, l’en a em­pê­ché grâce à un re­vers ga­gnant long de ligne. Une vo­lée de re­vers dans le fi­let puis un coup droit dans le cou­loir du Fran­çais et le Ca­li­for­nien rem­por­tait le match (6-2, 3-6, 7-6 (7/5), 1-6, 7-5). Bis re­pe­ti­ta après Ro­land-Gar­ros ! Fin mai, « JWT » avait chu­té d’en­trée contre l’Ar­gen­tin Ren­zo Oli­vo, éga­le­ment en deux jours mais en quatre sets (7-5, 6-4, 6-7 (6/8), 6-4). La par­tie avait aus­si été ar­rê­tée par la nuit. Lors de la re­prise, Tson­ga avait per­du son jeu de ser­vice… et la ren­contre.

Mon­fils « pas en­core un bon joueur de ga­zon »

Au­rait-il dû faire pres­sion pour que le match s’ar­rête sur un score de pa­ri­té (5-5 voire 6-6) plu­tôt que sur un avan­tage pour Quer­rey? «Ce­la n’au­rait pas chan­gé grand-chose (...) C’était sombre. Je com­men­çais à ne plus rien voir et je re­tour­nais dans le vide. J’au­rais aus­si pu conti­nuer, faire deux ou trois coups boi­sés et perdre le match », a es­ti­mé l’an­cien double de­mi-fi­na­liste de Wim­ble­don (2011, 2012), bat­tu en quarts l’an pas­sé. Le Man­ceau de 32 ans n’ac­com­pa­gne­ra pas en se­conde se­maine Be­noît Paire et Caroline Gar­cia, qua­li­fiés ven­dre­di. C’est Man­na­ri­no, 8e de fi­na­liste en 2013, qui ser­vi­ra d’hôte aux deux néo­phytes. Le 51e mon­dial a eu le der­nier mot contre Mon­fils (7-6 (7/3), 4-6, 5-7, 6-3, 62), qui échoue aux portes de la se­conde se­maine pour la sixième fois. Le Pa­ri­sien avait ef­fec­tué des pro­grès en­cou­ra­geants sur ga­zon, après avoir joué sa pre­mière fi­nale sur cette sur­face, sa­me­di der­nier à East­bourne (bat­tu par Djo­ko­vic). Mais pas as­sez pour de­ve­nir «un bon joueur de ga­zon». « Je ne suis pas en­core au ni­veau (...) Ce­la se voit dans un jour comme au­jourd’hui (hier) où quand je joue moins bien, je ne peux m’ap­puyer sur rien», a ex­pli­qué « La Monf », gê­né par le jeu à plat

et ra­sant du Val­doi­sien. Man­na­ri­no lui sa­voure son re­tour en se­conde se­maine. « Après le match per­du contre Lu­kasz Ku­bot en 2013, alors que je me­nais 2 sets à 1, j’ai long­temps eu l’im­pres­sion d’avoir ra­té la chance de ma car­rière», a-t-il af­fir­mé. «C’est su­per sa­tis­fai­sant de re­pro­duire au moins ce ré­sul­tat en at­ten­dant la suite, même si j’au­rai un autre joueur face à moi. » Ce se­ra en l’oc­cu­rence Djo­ko­vic. Le Serbe a brillam­ment écar­té le Let­ton Er­nests Gul­bis 6-4, 6-1, 7-6 (7/2).

(Photos AFP)

Gaël Mon­fils et Jo-Wil­fried Tson­ga, deux Mous­que­taires désar­més.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.