Froome souffle, les autres souffrent

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page -

Le maillot jaune de Ch­ris Froome est sor­ti ren­for­cé du scé­na­rio dra­ma­tique de la e étape du Tour de France, ga­gnée hier à Chambéry par le Co­lom­bien Ri­go­ber­to Uran, après l’aban­don sur chute de Ri­chie Porte et la dé­faillance d’Al­ber­to Con­ta­dor.

Froome s’est clas­sé troi­sième de l’étape der­rière Uran et le Fran­çais War­ren Bar­guil, dé­par­ta­gés seule­ment par la photo-fi­nish. Au clas­se­ment, il pré­cède dé­sor­mais de 18 secondes le cham­pion d’Ita­lie Fa­bio Aru et de 51 secondes le Fran­çais Ro­main Bar­det, à la veille de la pre­mière jour­née de re­pos. Le Co­lom­bien Nai­ro Quin­ta­na, trois fois pré­sent sur le po­dium du Tour de­puis 2013, a été dis­tan­cé dans la der­nière des sept as­cen­sions du jour, le Mont du Chat. Il a fran­chi la ligne avec un re­tard de 1’15’’ et a re­cu­lé au clas­se­ment au­de­là des deux mi­nutes.

Con­ta­dor vic­time du Chat

Le Mont du Chat a coû­té en­core plus cher à Con­ta­dor, lâ­ché par le groupe des fa­vo­ris à plus de 3 ki­lo­mètres du som­met. L’Es­pa­gnol, double vain­queur du Tour (2007, 2009), a cé­dé fi­na­le­ment plus de quatre mi­nutes... et ses der­nières chances de ga­gner le Tour 2017, sauf im­pro­bable coup de théâtre. Le col, es­ca­la­dé une seule fois par le Tour au­pa­ra­vant (en 1974), a donc jus­ti­fié sa ré­pu­ta­tion re­dou­table. En­core plus sa des­cente, puisque Porte a fait une sé­rieuse chute dans la pre­mière par­tie, alors qu’il fi­gu­rait dans le groupe des fa­vo­ris me­né par Froome en chasse du der­nier res­ca­pé de l’échap­pée du jour (Bar­guil).

Porte évacué

Sur les images TV, l’Aus­tra­lien a com­mis une er­reur de tra­jec­toire. Il a per­cu­té vio­lem­ment le sol cô­té ra­vin avant de re­bon­dir contre la pa­roi ro­cheuse, de l’autre cô­té de la route, en fau­chant dans sa tra­jec­toire Dan Martin. L’Ir­lan­dais, sau­vé par son casque, a pu re­mon­ter en­suite sur le vé­lo et ral­lier l’ar­ri­vée. Bles­sé no­tam­ment au vi­sage, Porte a été évacué par am­bu­lance après la pose d’une mi­nerve par le Dr Flo­rence Pom­me­rie, mé­de­cin­chef de la course. « Quand il est par­ti à l’hô­pi­tal, il était conscient et se rap­pe­lait de tout», a pré­ci­sé en­suite la mé­de­cin en qua­li­fiant son état de «plu­tôt ras­su­rant». Froome a eu un mot pour Porte, long­temps son co­équi­pier avant de de­ve­nir son ri­val (5e du Tour 2016 et vain­queur du Tour de Ro­man­die au prin­temps) : « Per­sonne n’a en­vie de voir un pro­ta­go­niste du Tour quit­ter la course comme ça, c’était ter­ri­fiant ! » Le Bri­tan­nique a re­gret­té aus­si l’aban­don de son lieu­te­nant fa­vo­ri, le Gal­lois Ge­raint Tho­mas, à terre lui aus­si. Le pre­mier maillot jaune du Tour 2017, tou­ché à une épaule (frac­ture de la cla­vi­cule), est tom­bé dans la des­cente très tech­nique du col de la Biche, à plus de 100 ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée. Quant au cham­pion de France Ar­naud Dé­mare, il a vé­cu un cal­vaire. Dis­tan­cé dès les pre­miers hec­to­mètres, il a na­vi­gué loin de la tête de la course et a ral­lié l’ar­ri­vée avec un re­tard de près d’une heure, très au­des­sus du dé­lai au­to­ri­sé de l’ordre de 40 mi­nutes. Son équipe FDJ a per­du en même temps trois autres cou­reurs (De­lage, Ko­no­va­lo­vas et Guar­nie­ri) qui ont at­ten­du le vain­queur de l’étape de Vit­tel. « Ar­naud est dans un état de fai­blesse as­sez sur­pre­nant. Etre lâ­ché après 500 mètres de course, ce n’est pas son ni­veau nor­mal. On va faire des ana­lyses (mé­di­cales) », a dé­cla­ré le ma­na­ger de l’équipe fran­çaise, Marc Ma­diot. Dans cette étape de 181,5 ki­lo­mètres qui fran­chis­sait trois cols hors ca­té­go­rie (Biche, Grand-Co­lom­bier, Mont du Chat), l’équipe AG2R La Mon­diale, à do­mi­cile puisque son siège est ba­sé aux portes de Chambéry, a dur­ci la course en des­cente. Mais, après le Grand Co­lom­bier, c’est la for­ma­tion de Froome qui a tra­vaillé pour se rap­pro­cher des res­ca­pés de l’échap­pée ini­tiale.

Bar­det et Bar­guil : les regrets

Au som­met de la très rude mon­tée du Mont du Chat (8,7 km à 10,3 %), le groupe des fa­vo­ris a bas­cu­lé peu de temps après Bar­guil. Bar­det, maître-des­cen­deur, s’est en­suite dé­ga­gé pour re­joindre puis dé­pas­ser son com­pa­triote. Mais le dau­phin de Froome dans le Tour 2016 a été re­pris sur la par­tie de plat (13 km) me­nant à Chambéry, au seuil des deux der­niers ki­lo­mètres. « Il ne m’a pas man­qué grand chose », a ré­agi Bar­det. « J’at­ten­dais beau­coup de cette des­cente. Et dans le sprint, j’ai une vi­tesse qui saute au mo­ment où je me lance». Bar­guil lui aus­si n’a pu que nour­rir des regrets après avoir cru s’être im­po­sé de­vant Uran. En guise de conso­la­tion, le Bre­ton, dé­jà en vue la veille, a re­vê­tu le maillot à pois de meilleur grim­peur. Après l’ar­ri­vée, Froome a désa­mor­cé la po­lé­mique poin­tant à cause du com­por­te­ment du cham­pion d’Ita­lie Fa­bio Aru qui a dé­mar­ré dans le Mont du Chat aus­si­tôt après un in­ci­dent mé­ca­nique sur­ve­nu au maillot jaune. « Je suis tou­jours en tête, je suis très content du bi­lan de la jour­née », a pré­fé­ré in­sis­ter le Bri­tan­nique avant de par­tir prendre place dans l’un des quatre avions trans­por­tant le pe­lo­ton vers le Pé­ri­gord.

(Photo Epa/Maxppp)

Le maillot jaune a bien né­go­cié une jour­née qui a fait des dé­gâts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.