Pre­mier concours d’aïo­li réus­si à La Garde-Frei­net

Or­ga­ni­sée par l’as­so­cia­tion «La Ri­bo­to», la com­pé­ti­tion a réuni hier dix concur­rents ve­nus de tout le Golfe. Ils ont, à la force du poi­gnet, réa­li­sé cette ty­pique sauce com­po­sée d’aïl et d’huile d’olive

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-Tropez - S. CHAUDHARI

Dé­ci­dé­ment, il y au­ra tou­jours au­tant de re­cettes d’aïo­li que de cui­si­niers… Dix d’entre eux étaient réunis hier ma­tin, sur la place de la mai­rie du village pour par­ti­ci­per à la toute pre­mière édi­tion du concours. L’ob­jec­tif était de mon­ter cette sauce à base d’aïl et huile d’olive. Cest jus­te­ment la réu­nion du nom de ces deux in­gré­dients, « ail » et « oli » qui ont don­né le nom à ce plat com­plet, rap­pelle Gé­rard Roc­chia, ani­ma­teur de l’évé­ne­ment. Le top dé­part a été don­né vers 10 h de­vant un pu­blic dé­jà pré­sent en ce jour de mar­ché, te­nu un peu haut, sur la place Neuve.

Le ju­ry a veillé au grain

De­bouts, à la force du poi­gnet, cha­cun a pe­lé, pi­lé, écra­sé, émul­sion­né... et li­vré sa ver­sion de la re­cette mé­di­ter­ra­nénne. Avec ou sans jaune d’oeuf, au pi­lon ou au fouet… Le tout sous le re­gard at­ten­tif des six membres du ju­ry, qui n’ont pas per­du une miette des étapes de la fabrication. On a craint, un temps, que les quelques gouttes qui sont tom­bées, ne fi­nissent par gâ­cher la ma­ti­née mais le ciel avait dé­ci­dé d’être de la par­tie.

Un ali­ment san­té

«Écra­ser l’aïl jus­qu’à ce qu’il de­vienne une pom­made est très im­por­tant, car ce fai­sant, on li­bère les ten­sio-ac­tifs du pro­duit, in­dis­pen­sables à la liai­son de l’eau conte­nue dans l’aïl (à 60 %) et de l’huile», ré­vèle un ex­pert. Et ce bulbe rem­pli de gousses a tout bon: «Membre de la fa­mille des li­lia­cées, il com­porte des com­po­sés sul­fu­rés qui se forment lors­qu’il est cou­pé. Res­pon­sable de son odeur et de sa sa­veur, il se­rait do­té d’ef­fets pro­tec­teurs sur la

san­té. » La dé­gus­ta­tion qui a sui­vi la confec­tion a en­chan­té les pa­pilles du ju­ry et du pu­blic, et a été ac­com­pa­gnée de nom­breux com­men­taires, sou­vent élo­gieux. A l’is­sue de la com­pé­ti­tion, Cécile Noël a rem­por­té le titre de «Maitre Aillé 2017» ain­si qu’un di­plôme et… un en­semble « mor­tier-pi­lon » en bois d’oli­vier. Son titre se­ra re­mis en jeu l’an pro­chain.

(Photos So­phie Lou­vet)

Tous les can­di­dats, en ta­blier ou non, réunis avant la com­pé­ti­tion. Le maire Jean-Jacques Cour­chet en fai­sait par­tie. À l’is­sue, trois femmes sont ar­ri­vées en tête.

La ga­gnante, Cécile Noël, est ve­nue en fa­mille de Pi­gnans. « Je tiens à re­mer­cier tous les gens qui m’ont fé­li­ci­tée. C’est la pre­mière fois que j’en fais. C’est peut-être la chance du dé­bu­tant ».

Souad San­chez, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion or­ga­ni­sa­trice, aux four­neaux. « La ri­bo­to, en pro­ven­cal, ça veut dire “re­pas pré­pa­ré entre amis et gri­gno­té convi­via­le­ment” », tra­duit un membre.

Les in­gré­dients mis à dis­po­si­tion: aïl, huile d’olive, sel, poivre, oeuf.

La cé­lèbre sauce pro­ven­çale. Il y en a eu pour tous les goûts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.