Il joue avec Nek­feu, en tant que par­rain du rap

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Journal L'ete -

Ar­chie Shepp a col­la­bo­ré tout au long de sa car­rière avec de nom­breux ar­tistes ve­nus de dif­fé­rents ho­ri­zons du jazz comme le Sé­né­ga­lais Cheikh Ti­diane Seck pré­sent hier soir à Por­que­rolles, mais aus­si avec Bri­gitte Fon­taine ou l’In­dien Rag­hu­nath Ma­net. L’an der­nier, Ar­chie Shepp a par­ti­ci­pé à deux mor­ceaux sur l’al­bum Cy­borg du rap­peur fran­çais Nek­feu : les titres O. D et Vi­nyle. « Je suis un des par­rains du rap, as­sure-t-il. En 1964, j’ai en­re­gis­tré un hom­mage à Mal­colm X, puis en 1966, mon pre­mier slam nom­mé Ma­ma Rose. Ce n’était pas en­core du rap mais ce que moi j’ap­pelle des poé­sies par­lées et mises en mu­sique. En­re­gis­trer avec Nek­feu, c’était pour moi la conti­nua­tion d’un tra­vail com­men­cé dans les an­nées soixante. Duke El­ling­ton a en­re­gis­tré dans les an­nées vingt un mor­ceau qui s’ap­pelle Pret­ty And The Wolf et qui était dé­jà une poé­sie mise en mu­sique. Ce mor­ceau fait éga­le­ment par­tie des an­cêtres du rap. » À 80 ans, le saxo­pho­niste amé­ri­cain n’a pas en­core fi­ni d’ex­plo­rer tous les conti­nents de la mu­sique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.