À Tou­lon, qu’en pensent les jeunes concer­nés?

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

Les avis sont par­ta­gés. Ce qui est cer­tain, c’est que très peu de jeunes qui se­raient po­ten­tiel­le­ment concer­nés ont en­ten­du par­ler du su­jet. Sur une quin­zaine de per­sonnes in­ter­ro­gées au ha­sard dans la rue, seule Cléa, 19 ans, élève au ly­cée du Parc Saint-Jean de Tou­lon, a l’air au cou­rant. « Oui, oui. Le ser­vice de Ma­cron, c’est un mois, alors que Le Pen, elle, pro­po­sait trois mois». La Tou­lon­naise, qui vou­drait être «hô­tesse de l’air plus tard », connaît ses fiches. Elle est même plu­tôt en­thou­siaste à l’idée de re­mettre au goût du jour un ser­vice na­tio­nal. « Ce se­rait in­té­res­sant, dit-elle. Ça peut t’ap­prendre de nou­velles choses, à vivre dif­fé­rem­ment » .Et de se sou­ve­nir de son père qui avait « grave ai­mé » son ser­vice à l’époque. Étu­diantes en droit, Mar­gaux et Man­non, 18 et 22 ans, sont elles aus­si fa­vo­rables au pro­jet. Quand la pre­mière es­time que « ce­la pour­rait ai­der les jeunes à se ré­in­sé­rer et à ap­prendre la co­hé­sion», la se­conde est même per­sua­dée que ce ser­vice d’un mois pour­rait «ame­ner un peu de dis­ci­pline chez ces jeunes qui ne res­pectent plus rien ». Bi­zar­re­ment (ou pas?), les jeunes hommes que l’on a croi­sés res­tent beau­coup plus cir­cons­pects. Étu­diant en école d’in­gé­nieur, Alexis, 22 ans, se­rait fran­che­ment « bien em­bê­té» de devoir y pas­ser, dans la me­sure, ex­plique-t-il, où il fait « beau­coup de choses à cô­té». Certes, le ser­vice per­met­trait, se­lon lui, de «re­mettre les pen­dules à l’heure pour cer­tains», mais « ce­la peut aus­si en bri­der d’autres ». L’avis est par­ta­gé par Ni­co­las, 22 ans, lui aus­si étu­diant à l’Isen de Tou­lon : «Tout le monde ne peut pas ca­ler un mois comme ça. Tout ça a aus­si un coût ». C’est bien pour cette rai­son que So­fiane et Ryan, jeunes pro­duc­teurs ma­na­gers en herbe, ne veulent même pas en en­tendre par­ler. Pour So­fiane, « on peut ser­vir l’État en fai­sant d’autres choses». Ryan, lui, trouve l’idée car­ré­ment «bête». «Im­po­ser, ce n’est pas spé­cia­le­ment co­ol», ré­sume-t-il. Et de pro­po­ser, au contraire, le ser­vice comme une « pu­ni­tion»! Voir notre re­por­tage vi­déo sur var­ma­tin.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.