Es­tro­si : « Il faut pé­ren­ni­ser ce que per­met l’état d’ur­gence »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Ch­ris­tian Es­tro­si était l’invité, hier, de BFMTV. In­ter­ro­gé sur la fin de l’état d’ur­gence an­non­cée par Em­ma­nuel Ma­cron au 1er no­vembre, il a ju­gé que « la France ne peut pas res­ter en per­ma­nence en état d’ur­gence ». Le maire LR de la ville de Nice a en­suite nuan­cé sa pen­sée. D’une part, car se­lon lui, « l’état d’ur­gence qui vient d’être re­con­duit de­vait l’être ». D’autre part, le maire de Nice a ju­gé né­ces­saire une adap­ta­tion du droit fran­çais. Ré­cla­mant « un Etat plus ferme et plus fort » , il a ré­cla­mé

que « nous ne soyons pas en si­tua­tion d’état d’ur­gence, mais que nous fas­sions en­trer dans notre droit des me­sures qui nous per­mettent de pé­ren­ni­ser ce que per­met l’état d’ur­gence ». « On ne peut pas ga­gner la guerre avec les lois de la paix», a-t-il mar­te­lé. Le maire de Nice pré­co­nise no­tam­ment « d’iso­ler ceux qui re­viennent du dji­had » et de «ré­vi­ser les fi­chiers » pour plus d’ef­fi­ca­ci­té, ou de « re­cru­ter au sein des ser­vices de ren­sei­gne­ments » qu’il fau­drait, par ailleurs, uni­fier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.