En im­mer­sion avec les sau­ve­teurs en mer

Do­cu­men­taire RMC Dé­cou­verte cé­lèbre le cin­quan­te­naire de la SNSM avec des re­por­tages dif­fu­sés sur trois après-mi­di

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente | Medias - GILLES BOUSSAINGAULT

Pour le cin­quan­te­naire de la créa­tion de la So­cié­té na­tio­nale des sau­ve­teurs en mer (SNSM), RMC Dé­cou­verte dif­fuse une sé­rie de six re­por­tages consa­crés au tra­vail des bé­né­voles de cette as­so­cia­tion. Dans les ac­ci­dents, les tem­pêtes ou en cas d’as­sis­tance, les ca­mé­ras suivent au plus près leur ac­tion. Ils sont 7 000 bé­né­voles à opé­rer dans les 219 sta­tions de sau­ve­tage de la France mé­tro­po­li­taine et d’outre-mer. En tout, 19 000 km de côtes, sur les­quels les se­cou­ristes in­ter­viennent gra­tui­te­ment sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ils passent même un contrat avec chaque si­nis­tré, se­lon le­quel ils s’en­gagent à sau­ver le ma­té­riel le plus pos­sible. « La mer est un mi­lieu com­plexe et dan­ge­reux. Pour être sau­ve­teur, il faut avoir la pas­sion d’ai­der les autres, dé­clare Jean-Pierre Boyer, ca­no­tier à la SNSM. Dès qu’on est au large, on perd ses repères, et on a du mal à éva­luer les dis­tances. Sans po­si­tion pré­cise d’un re­qué­rant [nom don­né à une per­sonne qui fait ap­pel aux se­cours, ndr], les re­cherches prennent du temps. » On le voit lorsque les sau­ve­teurs, aler­tés par le Cross (centre ré­gio­nal opé­ra­tion­nel de sur­veillance et de sau­ve­tage), partent à la re­cherche d’un homme âgé, seul à bord de son voi­lier, au large du cap d’Agde. Il est à la dé­rive, en hy­po­ther­mie, et ne sait plus in­di­quer sa po­si­tion. Trom­pés par ses fausses in­di­ca­tions, les sau­ve­teurs perdent une heure en re­cherche et dé­cident d’en­voyer un hé­li­co­ptère, qui repère le ba­teau. Il est moins une. « Un peu plus, et nous au­rions eu des com­pli­ca­tions mé­di­cales plus graves », ex­plique Ré­gis, le pa­tron de la ve­dette de se­cours. Les hé­ros de cette sé­rie s’ap­pellent Syl­vain, So­ny ou Patrick. Ils sont ca­no­tiers, na­geurs de bord, pa­trons ou plon­geurs. Avec les ca­mé­ras Go Pro fixées à leur casque, ils nous en­traînent au plus près de leur ac­ti­vi­té. À Nou­méa, c’est le mo­teur d’un ba­teau qui a ex­plo­sé et griè­ve­ment bles­sé son pro­prié­taire. Les sau­ve­teurs pro­diguent les pre­miers soins avant éva­cua­tion. Près d’An­tibes, Ni­co­las, ca­no­tier se­cou­riste, tente de cou­per la chaîne de l’ancre d’un ba­teau. Mais la houle rend la chose dan­ge­reuse et sa tête heurte la coque du ba­teau. Un tra­vail « or­di­naire » pour ces se­cou­ristes, qui sauvent plus de 7 000 per­sonnes par an.

Sau­ve­teurs en mer à14h55 sur RMC Dé­cou­verte

« Pour être sau­ve­teur, il faut avoir la pas­sion d’ai­der les autres », dé­clare Jean­Pierre Boyer, ca­no­tier à la SNSM. Quelque 7 000 bé­né­voles opèrent gra­tui­te­ment sur 19 000 km de côtes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.