Le tran­sport des pa­tients coûte cher à la Sé­cu

Face à l’aug­men­ta­tion si­gni­fi­ca­tive des frais de dé­pla­ce­ment des ma­lades, la CPAM rap­pelle les règles d’usage aux pro­fes­sion­nels : le tran­sport doit être adap­té à l’état de san­té du pa­tient

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - CA­THE­RINE PONTONE cpon­tone@ni­ce­ma­tin.fr

Le « trou de la Sé­cu » est de­ve­nu cé­lèbre. Les frais liés au tran­sport sa­ni­taire des pa­tients le sont un peu moins. Et pour­tant, s’il est un poste de dé­penses qui at­tire l’at­ten­tion de la Caisse pri­maire d’as­su­rance-ma­la­die (CPAM), c’est bien ce­lui-là. La rai­son ? Les frais de tran­sport sa­ni­taire re­pré­sentent non seule­ment des dé­penses im­por­tantes, mais elles aug­mentent de fa­çon si­gni­fi­ca­tive.

Frais de tran­sport de pa­tients éle­vés

« Au ni­veau na­tio­nal, elles ont dou­blé en pas­sant de 2,3 mil­liards d’eu­ros en 2003 à plus de 4 mil­liards en 2014, constate Sylvain Hu­tin, di­rec­teur ad­joint de la CPAM du Var. Le dé­par­te­ment connaît une si­tua­tion un peu aty­pique puisque les mon­tants rem­bour­sés aug­mentent plus vite (+ 5,5 % entre 2015 et 2016) qu’en Pa­ca (+ 4,5 %) et qu’en France .» Pour­quoi ? Les ex­pli­ca­tions sont mul­tiples. La po­pu­la­tion vieillis­sante ; un vi­rage de la po­li­tique am­bu­la­toire (hos­pi­ta­li­sa­tion à la jour­née) en­cou­ra­gé par l’Agence ré­gio­nale de san­té; et un « re­cours, ajoute la CPAM, de plus en plus sys­té­ma­tique aux transports les plus coû­teux (am­bu­lances et taxis conven­tion­nés) ». Le dé­par­te­ment ne dis­po­sant pas d’un centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire (CHU), cer­tains pa­tients sont aus­si te­nus d’al­ler à Mar­seille ou à Nice (lire notre in­fo­gra­phie). Plus de 80 000 Va­rois ont ain­si bé­né­fi­cié, en 2016, d’un tran­sport sa­ni­taire

(taxi, am­bu­lance ou vé­hi­cule sa­ni­taire lé­ger). Ce qui a re­pré­sen­té une dé­pense de près de 88 mil­lions d’eu­ros, soit en­vi­ron 1 000

eu­ros par per­sonne. Ce constat en­cou­rage la CPAM à ren­for­cer sa cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion au­près des pro­fes­sion­nels de san­té, des

mé­de­cins li­bé­raux, des éta­blis­se­ments de soins et des trans­por­teurs, sa­chant que les deux tiers de ces courses in­combent aux hô­pi­taux.

Le but est de rap­pe­ler les règles de prise en charge (lire ci-des­sous) et de pro­mou­voir un re­cours au tran­sport sa­ni­taire adap­té à l’état de san­té du pa­tient. « On dit tou­jours que la Sé­cu­ri­té so­ciale est le bien com­mun que l’on doit pré­ser­ver. Bien sûr, il y a des droits, mais il convient aus­si d’être vi­gi­lant dans la bonne ap­pli­ca­tion des règles », in­siste le di­rec­teur ad­joint de la CPAM.

« Le bon soin au meilleur coût »

« Le mode de dé­pla­ce­ment va gé­né­rer for­cé­ment des rem­bour­se­ments et des ta­rifs très dif­fé­rents. L’idée est de bien adap­ter le mode de tran­sport à l’état de san­té du pa­tient dans un prin­cipe qui nous est cher et qui re­pré­sente le bon soin au meilleur coût », ajoute Mi­chèle Maz­za, res­pon­sable des re­la­tions avec les pro­fes­sion­nels de san­té du Var. « On ne re­pro­che­ra ja­mais à un pres­crip­teur d’avoir eu re­cours à une am­bu­lance pour un pa­tient, ras­sure-t-elle. Mais dans cer­taines si­tua­tions d’assurés, le taxi ou le VSL (vé­hi­cule sa­ni­taire lé­ger, Ndlr) au­rait pu suf­fire. » Si les abus sont mi­nimes, le rap­pel des règles d’usage s’im­pose. La CPAM ne s’exo­nère pas de contrôles au­près des assurés et des pres­crip­teurs, mais aus­si des fac­tu­ra­tions des trans­por­teurs. Tout en re­fu­sant d’en­dos­ser la cas­quette du « gen­darme » sauf en cas de fraudes, elle se place avant tout dans une dé­marche d’ac­com­pa­gne­ment des pa­tients et des pres­crip­teurs, dont les mé­de­cins li­bé­raux.

Prise en charge par la CPAM uni­que­ment en cas d’hos­pi­ta­li­sa­tion, d’af­fec­tions de longue du­rée, d’ac­ci­dent du tra­vail ou de ma­la­dies pro­fes­sion­nelles.

(Pho­to Pa­trick Blan­chard)

Doc­teurs Ni­cole Reine, Mi­chèle Maz­za et le di­rec­teur ad­joint, Sylvain Hu­tin (de gauche à droite).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.