Une prise en charge sous condi­tions

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

« Le tran­sport des ma­lades peut être pris en charge sous cer­taines condi­tions, ex­plique le Dr Ni­cole Reine, chef du ser­vice mé­di­cal de l’as­su­rance-ma­la­die. Le mé­de­cin doit choi­sir, au mo­ment de la pres­crip­tion mé­di­cale, le mode de tran­sport adap­té à l’état de san­té du pa­tient : am­bu­lance, taxi conven­tion­né ou vé­hi­cule sa­ni­taire lé­ger, vé­hi­cule per­son­nel ou tran­sport en com­mun. » Mais, avis aux usa­gers, « la pres­crip­tion doit être dé­li­vrée avant que le tran­sport soit ef­fec­tué. Elle doit in­di­quer les élé­ments d’ordre mé­di­cal pré­ci­sant le mo­tif du dé­pla­ce­ment et jus­ti­fiant le mode de tran­sport pres­crit », rap­pelle le mé­de­cin. Seule con­di­tion sine qua non pour pré­tendre à un rem­bour­se­ment de la fac­ture ou à une in­dem­ni­sa­tion si le pa­tient a pris son vé­hi­cule ou le bus. Mais at­ten­tion : l’as­su­rance-ma­la­die ne prend pas en charge tous les transports sa­ni­taires. En­core faut-il que ce­la concerne des si­tua­tions bien spé­ci­fiques : hos­pi­ta­li­sa­tion, af­fec­tion longue du­rée, ac­ci­dent du tra­vail ou ma­la­die pro­fes­sion­nelle. De plus, un ac­cord préa­lable du ser­vice mé­di­cal de l’as­su­rance-ma­la­die peut être aus­si né­ces­saire pour : les transports su­pé­rieurs à  km ; les transports en sé­rie (à par­tir de quatre fois pour le même trai­te­ment, au cours d’une pé­riode de deux mois et à  km ou plus) ; les transports en avion ou en ba­teau de ligne ; les transports vers un centre d’ac­tion mé­di­co­so­cial pré­coce ou un centre mé­di­co-psy­cho­pé­da­go­gique pour un en­fant ou un ado­les­cent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.