Le tiers payant chez le mé­de­cin « gé­né­ra­li­sé »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

La mi­nistre de la San­té, Agnès Bu­zyn, a as­su­ré, hier, que le tiers payant (dis­pense d’avance de frais) chez le mé­de­cin « se­ra gé­né­ra­li­sé », une se­maine après avoir an­non­cé qu’elle sou­hai­tait « évi­ter son obli­ga­tion ». « Il se­ra gé­né­ra­li­sé, c’est vrai­ment une ques­tion d’équi­té et d’ac­cès aux soins puisque beau­coup de Fran­çais re­noncent à al­ler se faire soi­gner parce qu’ils ne veulent pas avan­cer l’ar­gent chez un mé­de­cin, c’est donc im­pé­ra­tif d’al­ler vers un tiers payant gé­né­ra­li­sé », a dé­cla­ré sur France In­ter la mi­nistre de la San­té. Dans une in­ter­view mer­cre­di der­nier, Mme Bu­zyn avait in­di­qué avoir confié une mis­sion à l’Ins­pec­tion gé­né­rale des af­faires so­ciales (Igas) sur « la fai­sa­bi­li­té tech­nique » du dis­po­si­tif ex­pli­quant que son ob­jec­tif était « d’évi­ter l’obli­ga­tion de tiers payant gé­né­ra­li­sé ». « J’ai hor­reur des obli­ga­tions », avait dit la mi­nistre qui confir­mait l’en­ga­ge­ment pris par Em­ma­nuel Ma­cron pen­dant la cam­pagne pré­si­den­tielle de rendre le dis­po­si­tif « gé­né­ra­li­sable », c’est-à-dire fa­cul­ta­tif, et non « gé­né­ra­li­sé ». La dis­pense d’avance de frais, for­te­ment com­bat­tue par les mé­de­cins li­bé­raux, doit de­ve­nir un droit pour tous les Fran­çais à par­tir du 1er dé­cembre. Tou­te­fois, la loi de 2016 ne pré­voit pas de sanc­tions pour les mé­de­cins re­fu­sant d’ap­pli­quer la me­sure, que le Con­seil consti­tu­tion­nel a li­mi­tée à la seule part rem­bour­sée par la Sé­cu­ri­té so­ciale. In­ter­ro­gée sur le res­pect du ca­len­drier, elle a pré­ci­sé « at­tendre » le rap­port de l’Igas en sep­tembre « pour dé­ci­der ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.