Af­faire Grégory : le juge Lam­bert re­trou­vé mort

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

La mort du pe­tit Grégory as­sas­si­né en 1984 se­rait-elle une af­faire mau­dite ? Se­lon le­pa­ri­sien.fr, le juge JeanMi­chel Lam­bert, 65 ans, alias « le pe­tit juge », cé­lèbre pour avoir pi­lo­té l’en­quête, est dé­cé­dé, hier soir, à son do­mi­cile près du Mans (Sarthe). C’est une voi­sine qui a aler­té la po­lice. Les se­cours ont dé­cou­vert son corps in­ani­mé avec un sac en plas­tique sur la tête. Sa mort pourr­rait être consé­cu­tive à un sui­cide. Le sui­cide du juge Lam­bert – ce que l’au­top­sie de­vra confir­mer – a eu lieu, hier soir, alors que BFMTV ré­vé­lait les car­nets per­son­nels du juge Mau­rice Si­mon qui cri­ti­quait le tra­vail ef­fec­tué par le juge Lam­bert. Le ma­gis­trat avait re­pris de zé­ro l’en­quête me­née sur la dé­cou­verte du corps du pe­tit Grégory dans la Vo­logne après l’éloi­gne­ment du juge Lam­bert en 1987. « Le poids de l’opi­nion est écra­sant. Moi, je pour­suis ma route, c’est tout », écri­ra-t-il le 19 avril 1988. Il ne man­que­ra tou­te­fois pas de s’in­di­gner du tra­vail de son pré­dé­ces­seur, Jean-Mi­chel Lam­bert, quelques mois plus tard.

« Désordre in­tel­lec­tuel »

« On reste confon­du de­vant les ca­rences, les ir­ré­gu­la­ri­tés, les fautes […] ou le désordre in­tel­lec­tuel du juge Lam­bert. Je suis en pré­sence de l’er­reur ju­di­ciaire dans toute son hor­reur» , écri­rat-il même après les ac­cu­sa­tions et les pres­sions contre Ch­ris­tine Ville­min. En jan­vier 1990, l’ins­truc­tion me­née par le juge Si­mon va bru­ta­le­ment s’in­ter­rompre. Vic­time d’un in­farc­tus, il suc­com­be­ra quelques mois plus tard. Ses notes n’ont été ver­sées au dos­sier qu’il y a un an. En 1984, Jean-Mi­chel Lam­bert, juge d’ins­truc­tion, est dé­si­gné pour s’oc­cu­per de l’af­faire Grégory. Il a 32 ans et est en fonc­tion à Épi­nal. C’est son pre­mier poste et cet ho­mi­cide at­tire des di­zaines de jour­na­listes. Il est sou­mis à une in­tense pres­sion mé­dia­tique. La presse cri­tique les er­re­ments de son ins­truc­tion et en fait ses choux gras après deux in­cul­pa­tions et in­car­cé­ra­tions in­fruc­tueuses, celle de Ber­nard La­roche puis celle de Ch­ris­tine Ville­min. Sa mau­vaise maî­trise de la pro­cé­dure en­gendre l’an­nu­la­tion de nom­breuses pièces du dos­sier.

« Pro­cé­dure sac­ca­gée »

Sans nier cette mau­vaise maî­trise, il in­voque les 229 dos­siers qu’il doit gé­rer en pa­ral­lèle, seul juge d’ins­truc­tion au TGI de Saint-Dié-des-Vosges. Il est des­sai­si au pro­fit de Mau­rice Si­mon, pré­sident de la chambre d’ins­truc­tion de la cour d’ap­pel de Di­jon. Pour Ré­gis de Cas­tel­nau, avo­cat, la « pro­cé­dure a été pro­pre­ment sac­ca­gée par un ma­gis­trat in­com­pé­tent, dé­sin­volte et fi­na­le­ment pro­fon­dé­ment dé­plai­sant ». Jean-Mi­chel Lam­bert prend un congé sab­ba­tique à par­tir de 1987 et ra­conte son his­toire dans son livre, Le Pe­tit Juge pa­ru aux édi­tions Al­bin Mi­chel (puis poche), un té­moi­gnage sur son par­cours au cours du­quel il re­vient sur l’af­faire Grégory.

(Pho­to AFP)

L’an­cien juge Lam­bert a-t-il eu peur d’un nou­veau dé­chaî­ne­ment mé­dia­tique ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.