Deb­bouze : « La France n’est pas ra­ciste »

Spec­tacle M6 dif­fuse la 7e édi­tion du Mar­ra­kech du rire, le fes­ti­val créé en 2011 par l’hu­mo­riste fran­co-ma­ro­cain

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente -

ept édi­tions dé­jà ! De­puis 2011, Ja­mel Deb­bouze or­ga­nise à Mar­ra­kech un grand fes­ti­val d’hu­mour – cette an­née, il s’est dé­rou­lé du 28 juin au 2 juillet – avec en point d’orgue les deux soi­rées de ga­la don­nées au pa­lais El Ba­di. Comme chaque an­née de­puis sa créa­tion, M6 dif­fuse cet évé­ne­ment. Pour vous, que re­pré­sente cette 7e édi­tion du Mar­ra­kech du rire ? Mon chiffre pré­fé­ré ! Pour moi, ce n’est que du bon­heur. Je n’au­rais ja­mais ima­gi­né une seule se­conde pou­voir vivre de mon mé­tier, ren­con­trer une femme aus­si for­mi­dable que la mienne [Mé­lis­sa Theu­riau, ndlr], que ce fes­ti­val puisse du­rer aus­si long­temps, que le pu­blic soit au­tant au ren­dez­vous… Je suis in­croya­ble­ment sur­pris par tout ce qui ar­rive. Le suc­cès de ce fes­ti­val me sur­prend en­core plus que le reste. À quoi ce­la est­il dû ? À l’en­goue­ment des ar­tistes ! Ils sont sou­vent sol­li­ci­tés, ils adorent al­ler à Mon­tréal, à Mon­treux, mais Mar­ra­kech a quelque chose de spécial. D’abord sa des­ti­na­tion : tout le monde adore le Ma­roc, mais, au­de­là de ça, ce fes­ti­val leur rend con­crè­te­ment ser­vice. Si tu es bon au Mar­ra­kech du rire, tu rem­plis ta salle et, ça, mon pote, per­sonne ne peut lut­ter ! Pour cer­tains, la vie a chan­gé dès le len­de­main : Ah­med Syl­la, Al­ban Iva­nov… sont nés au Mar­ra­kech du rire. Et puis il existe une vé­ri­table com­mu­nion entre le pu­blic et les ar­tistes, que près de 70 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs dé­couvrent avec TV5 Monde. Qu’offre­t­il de nou­veau ? Tout ! Je n’ai ja­mais joué le même spec­tacle et je n’ai ja­mais eu la même pro­gram­ma­tion. Bien sûr, il y a des fi­dèles, comme Gad El­ma­leh, Flo­rence Fo­res­ti, Élie Se­moun… Cette an­née, on a… Ja­mel Deb­bouze – il ne veut pas lâ­cher l’af­faire ! – Ary Abit­tan, Ra­chid Ba­dou­ri, Al­ban Iva­nov, Ke­vin Ra­zy… et tant d’autres. C’est un vrai bras­sage. Il est aus­si pré­sent dans le pu­blic… Ma plus grande fier­té ! Voir un couple de Nan­tais et un couple d’une bour­gade du centre du Ma­roc rire à l’unis­son m’en­chante. Quand tout nous op­pose, ce fes­ti­val nous ras­semble. Et pour­tant le cli­mat est ten­du, no­tam­ment en France… On a la chance d’avoir un nou­veau pré­sident qui donne à la France une image ex­tra­or­di­naire. On a nos soucis, mais j’ai le sen­ti­ment que ça pro­gresse. Je n’ai ja­mais consi­dé­ré que la France était ra­ciste, et le der­nier scru­tin m’a don­né rai­son. La France a des va­leurs fortes : il n’y a pas de rai­son pour que ça s’ar­rête.

Ja­mel Deb­bouze : « Je n’au­rais ja­mais ima­gi­né pou­voir vivre de mon mé­tier, que ce fes­ti­val puisse du­rer aus­si long­temps… Je suis in­croya­ble­ment sur­pris par tout ce qui ar­rive ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.