Pris­cil­la Bet­ti : « Mon nou­vel al­bum re­flète ce que je suis »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L'ete - ALEXANDRE CARINI aca­ri­ni@ni­ce­ma­tin.fr

C’est l’un de ces en­fants pro­diges, de­ve­nu star pré­coce. À 8 ans, Pris­cil­la Bet­ti chan­tait pour la pre­mière fois de­vant ses pa­rents. Hymne à l’amour, comme une dé­cla­ra­tion. « Je n’ai ja­mais pris de cours de chant mais ce jour­là, j’ai pris conscience que je vou­lais vrai­ment faire ce mé­tier. » Après un dou­blage pour Dis­ney, son ta­lent nais­sant en fait une ve­dette de Drôles de pe­tits cham­pions sur TF1. Onze ans à peine, et elle sort dé­jà un single, Quand je se­rai jeune, dont le disque d’or lui est re­mis à New York par son idole : Brit­ney Spears ! « In­ou­bliable ! Elle m’at­ten­dait dans sa loge, et j’ai eu l’hon­neur de lui chan­ter un de ses titres, mais dans mon an­glais de l’époque. Je crois qu’elle n’a pas tout com­pris, mais elle n’a rien dit ! (rires) » Qu’im­porte l’ac­cent, le ton est dé­jà don­né. La car­rière toute tra­cée. Une tour­née à l’Olym­pia, un film Al­bert est mé­chant avec Mi­chel Ser­rault (« il pas­sait tou­jours me voir le ma­tin, et me pin­çait la joue en di­sant : ça va ma pe­tite co­cotte ? J’étais le bé­bé du tour­nage »), des al­bums et des hits qui s’en­chainent. L’ado­les­cente ni­çoise (de La Tri­ni­té) gran­dit, em­por­tée dans le tour­billon mé­dia­tique, comme Alice au pays des mer­veilles. N’a même pas le temps de de­ve­nir femme. Sauf à 21 ans, à de­mi dé­vê­tue pour En­tre­vue. Af­fir­ma­tion de soi par le corps, plu­tôt que par la voix. « C’était aus­si pour me prou­ver à moi-même que j’étais de­ve­nue adulte. Je vou­lais ex­pri­mer un cô­té fé­mi­nin, sen­suel. Au­jourd’hui, je suis da­van­tage dans le gla­mour . » Sen­sua­li­té éga­le­ment à l’oeuvre, mais au ser­vice de l’art, pour at­teindre la fi­nale de Danse avec les stars. En 2015, dans les bras de Chris­tophe Li­ca­ta. Et puis la co­mé­die mu­si­cale Fla­sh­dance, et puis une par­ti­ci­pa­tion à un al­bum Dis­ney, et puis une sé­rie TV… comme si la valse folle ne de­vait ja­mais s’ar­rê­ter. Et pour­tant… Cette fois, Pris­cil­la a pris le temps. Dix ans. La pause né­ces­saire, avant son sixième al­bum, à 28 ans. La Vie sait, sor­ti le 19 mai. De nou­velles chan­sons, mais aus­si son nou­veau por­trait. Car au-de­là du titre Chan­ger le monde, écrit par Sli­mane (The Voice), c’est son image qu’il s’agit de mo­di­fier. « Pour une ar­tiste qui a com­men­cé très tôt, avec un pu­blic en­fant, c’est tou­jours com­pli­qué d’as­su­rer la tran­si­tion en évo­luant de style, confesse Pris­cil­la. Mes nou­veaux titres ne sont pas for­cé­ment au­to­bio­gra­phiques, mais ils re­flètent ce que je suis, et ce que je veux dé­sor­mais pro­po­ser mu­si­ca­le­ment. Un cô­té plus pop, avec de mul­tiples in­fluences. » Une nou­velle Bet­ti, et le re­tour au pays, sym­bo­li­sé par Le coeur au Sud. À double titre d’ailleurs. Car c’est aux bras de son ché­ri ni­çois, un cer­tain Gilles, que Pris­cil­la s’est af­fi­chée lors du der­nier Fes­ti­val de Cannes. « On s’est ren­con­trés lors d’une soi­rée à Nice, et ça fait quatre ans qu’on est en­semble. Il était temps de se prou­ver des choses, et c’était beau de le faire sur le ta­pis rouge. » Entre Nice où le couple a élu do­mi­cile, et Pa­ris, où Pris­cil­la se rend ré­gu­liè­re­ment pour tra­vailler, des avions. Mais comme Gilles gère une en­tre­prise de chauf­feurs pri­vés, elle sait « qu’il se­ra tou­jours bien ha­billé pour (l’)em­me­ner à l’aé­ro­port ! ». (rires)

(Pho­to A.C.)

In­vi­tée ré­cem­ment par Cannes Ra­dio et Nice-Ma­tin à un dé­jeu­ner sur la ter­rasse du Ma­jes­tic, Pris­cil­la Bet­ti a pris ses marques à Cannes. La chan­teuse ni­çoise re­vient sur la Croi­sette, en tant que Pré­si­dente du ju­ry du Fes­ti­val Py­ro­mé­lo­dique, dont le pre­mier feu d’ar­ti­fice est ti­ré ce soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.