Le feu d’ar­ti­fice à Cannes, en pen­sant à Nice…

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L'ete -

Ce soir, elle se­ra Pré­si­dente du ju­ry pour le pre­mier feu can­nois du Fes­ti­val Py­ro­mé­lo­dique. Avec des étin­celles plein les yeux . Mais aus­si des larmes au bord des cils… « Pe­tite, je suis tou­jours al­lée voir les feux d’ar­ti­fice avec ma fa­mille je trouve ça féé­rique. Mais j’au­rai for­cé­ment une pen­sée pour le 14 juillet 2016 à Nice. Ma nièce vou­lait des­cendre de La Tri­ni­té pour le voir, mais mon père, de plus en plus ca­sa­nier, a re­fu­sé. Quelque part, il nous a un peu sau­vé la vie… Ce drame m’a bou­le­ver­sée.

Deux jours après, j’ai mar­ché seule sur la Prom’, j’ai dé­po­sé des fleurs et un pe­tit mot pour les vic­times. » Une tra­gé­die pour Pris­cil­la Bet­ti, dont il faut mal­gré tout ti­rer phi­lo­so­phie. Mais qui ne si­gni­fie pas l’ou­bli. « Bien sûr, il faut conti­nuer à vivre, mais c’est vrai qu’au­jourd’hui, tout le monde a peur, et on ne se sent plus à l’abri de rien quand on sort. En même temps, on ne peut pas res­ter cloî­tré chez soi ! » Alors un feu d’ar­ti­fice, parce que nos joies n’ont rien d’ar­ti­fi­ciel. Et parce que « la vie sait » tou­jours, comme la lu­mière, se frayer un che­min dans l’obs­cu­ri­té...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.