Sur­vol des hé­li­cos : «pas de par­tage des nui­sances »

L’Ob­ser­va­toire des mou­ve­ments des hé­li­co­ptères a été l’oc­ca­sion de mettre le doigt sur les nui­sances du cô­té des Ca­ne­biers, alors que les Sa­lins ont été épar­gnés cette an­née

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Saint-tropez - C. DUPONT

Une grande par­tie des dé­bats s’est cris­tal­li­sée, à l’oc­ca­sion de la réunion de l’Ob­ser­va­toire des mou­ve­ments des hé­li­co­ptères, sur l’hé­li­sur­face Pin Ma­ria, à Saint-Tro­pez. Le di­rec­teur des Parcs de St-Tro­pez et la pro­prié­taire du Pin Ma­ria se sont in­sur­gés contre un ac­cord conclu cette an­née entre les opé­ra­teurs et l’As­so­cia­tion pour la pro­tec­tion des sites na­tu­rels et historiques de la Moutte, des Sa­lins et des Ca­ne­biers. Il pré­voit l’ar­ri­vée et le dé­part des hé­li­co­ptères par les Ca­ne­biers, plu­tôt qu’une ar­ri­vée par les Ca­ne­biers et un dé­part par les Sa­lins, ou in­ver­se­ment, comme les an­nées pas­sées.

Quand ceux qui ont vou­lu l’hé­li­sur­face se plaignent...

« Au­jourd’hui, on a 100 % des nui­sances sur les Ca­ne­biers » a dé­plo­ré Serge Aran­da. « Sur les Ca­ne­biers, c’est beau­coup plus ha­bi­té que sur la plaine des Sa­lins. Au pro­fit de la tran­quilli­té de deux per­sonnes [ré­fé­rence à des membres de l’as­so­cia­tion ; il y a plus de deux ha­bi­tants du cô­té des Sa­lins, Ndlr], nous em­bê­tons plu­sieurs cen­taines de per­sonnes », a ren­ché­ri la pro­prié­taire du Pin Ma­ria. Le maire de Saint-Tro­pez, JeanPierre Tu­vé­ri, a sou­hai­té « un par­tage équi­table », après avoir re­çu des plaintes « éma­nant d’une par­tie des Parcs de St-Tro­pez et de pro­prié­taires si­tués dans la baie des Ca­ne­biers ». Et Pierre Opo­lon de l’as­so­cia­tion de contre-at­ta­quer : « ils ont vou­lu l’hé­li­sur­face, pas nous ! » ,et­de­ré­cla­mer une fois de plus une so­lu­tion pé­renne face à un tra­fic de­ve­nu « in­tense », et se­lon lui-même « dan­ge­reux ». Le sous-pré­fet Por­tal n’a pas vou­lu pro­cé­der à un chan­ge­ment de tra­jec­toire dès le pre­mier ob­ser­va­toire. Le su­jet de­vrait donc re­ve­nir sur le ta­pis à la lu­mière des 15 pro­chains jours.

C. D.)

La réunion de l’ob­ser­va­toire a mis le doigt sur le pro­blème ma­jeur : que la per­cep­tion des nui­sances change ra­di­ca­le­ment quand on se re­trouve vrai­ment im­pac­ter par les sur­vols...(Pho­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.