Dji­bou­ti : et si le juge Bor­rel avait été tué ?

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde -

C’est un coup de ton­nerre sur le che­min vers la vé­ri­té, au bout de  ans de bras de fer. La mort dé­jà très sus­pecte du juge Ber­nard Bor­rel à Dji­bou­ti en oc­tobre  a dé­sor­mais toutes les al­lures d’un meurtre. Hier, le par­quet de Pa­ris a dé­voi­lé de nou­velles ex­per­tises qui « viennent ain­si confir­mer l’ori­gine cri­mi­nelle du dé­cès de M. Ber­nard Bor­rel ». Le corps de ce ma­gis­trat, dé­ta­ché au titre de la co­opé­ra­tion ju­di­ciaire, avait été re­trou­vé par­tiel­le­ment cal­ci­né au fond d’un ra­vin. Long­temps, pour des rai­sons di­plo­ma­tiques, la thèse du sui­cide a été im­po­sée. Dé­pres­sif, le pro­cu­reur Bor­rel se se­rait im­mo­lé. Une thèse no­tam­ment sou­te­nue par le chef d’état-ma­jor des forces fran­çaises à Dji­bou­ti et, aus­si, par le ren­sei­gne­ment mi­li­taire. Mais, le  juillet, un col­lège d’ex­perts réuni par le juge Cy­ril Pa­quaux ras­sem­blant un an­thro­po­logue, un ex­pert in­cen­die et un mé­de­cin lé­giste spé­cia­liste des corps cal­ci­nés a ren­du ses conclu­sions au tri­bu­nal de Pa­ris, de­vant Eli­sa­beth Bor­rel,  ans, veuve de la vic­time, elle aus­si ma­gis­trate. Elles confirment de fa­çon dé­fi­ni­tive l’ori­gine cri­mi­nelle du dé­cès de Ber­nard Bor­rel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.