Bar­det hausse le ton

Le Fran­çais, vain­queur hier à Pey­ra­gudes, s’est af­fir­mé dans la course au po­dium, au terme d’une étape où Froome a aban­don­né le maillot jaune à Aru

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Ro­main Bar­det en vain­queur, Fa­bio Aru en jaune, Chris Froome en lé­gère dif­fi­cul­té : l’ar­ri­vée de la 12e étape du Tour a re­dis­tri­bué les cartes, hier, à l’al­ti­port de Pey­ra­gudes. Là où l’at­taque de Froome, vain­queur sor­tant et maillot jaune en dé­but d’étape, était at­ten­due, ses ad­ver­saires l’ont de­van­cé tout en haut de la très raide piste de 400 m. Le grand fa­vo­ri de cette édi­tion a ca­lé dans les 300 der­niers mètres et a per­du une ving­taine de se­condes sur ses ri­vaux di­rects. As­sez pour dé­lais­ser son maillot jaune au pro­fit du cham­pion d’Ita­lie. Dans cette ar­ri­vée spec­ta­cu­laire, Bar­det s’est mon­tré le plus fort. L’Au­ver­gnat de l’équipe AG2R a rem­por­té une brillante vic­toire, sa 3e dans le Tour après Saint-Jean-de-Mau­rienne en 2014 et Saint-Ger­vais Mont-Blanc en 2016. Au clas­se­ment gé­né­ral de ce Tour, com­plè­te­ment re­lan­cé, Aru pré­cède dé­sor­mais Froome de 6 se­condes et Bar­det de 25 se­condes. Mais le Co­lom­bien Ri­go­ber­to Uran, 4e, n’est qu’à 55 se­condes, bien qu’il ait éco­pé d’une pé­na­li­té de 20 se­condes pour un ra­vi­taille­ment non au­to­ri­sé. En re­vanche, Nai­ro Quin­ta­na, en dif­fi­cul­té dès les pre­mières pentes de Pey­re­sourde, a lâ­ché prise. Le Co­lom­bien (2e en 2013 et 2015, 3e en 2016) pointe dé­sor­mais à plus de quatre mi­nutes au gé­né­ral. L’Es­pa­gnol Al­ber­to Con­ta­dor, autre ha­bi­tué du po­dium, est en­core plus loin. Le re­cul im­pré­vu de Froome a conclu une pre­mière jour­née py­ré­néenne com­plè­te­ment contrô­lée par son équipe Sky pour le mal­heur du Bri­tan­nique Ste­phen Cum­mings, échap­pé de loin mais re­pris dans l’avant-der­nière as­cen­sion (Pey­re­sourde). Froome comp­tait en­core deux co­équi­piers, les Es­pa­gnols Nieve et Lan­da, dans le groupe de dix cou­reurs qui s’est pré­sen­té au pied de la rampe me­nant à l’ar­ri­vée.

Ca­deau em­pois­son­né pour Aru ?

« Je connais­sais bien l’étape, je l’ai re­con­nue ce prin­temps. J’ai vu que Froome se re­tour­nait beau­coup dans le fi­nal, je me suis dou­té qu’il n’était pas au mieux », a com­men­té Bar­det à pro­pos du Bri­tan­nique. De fait, le vain­queur sor­tant a dû lais­ser par­tir ses ri­vaux di­rects en haut de la piste de Pey­ra­gudes. Il s’est clas­sé 7e de l’étape, à 22 se­condes du Fran­çais, son dau­phin l’an pas­sé sur le po­dium des Champs-Ely­sées. Froome n’a pas pour au­tant bais­sé pa­villon rap­pe­lant qu’ « il reste en­core beau­coup d’étapes ». D’au­tant que le maillot jaune pour­rait être pour Aru un ca­deau em­poi­son­né. Le cham­pion d’Ita­lie, qui re­vêt pour la pre­mière fois la tu­nique de lea­der dans le Tour, dis­pose en ef­fet d’une équipe af­fai­blie par une chute sur­ve­nue mer­cre­di (Ca­tal­do a aban­don­né et Fu­gl­sang, bles­sé à un poi­gnet, a lâ­ché prise hier sur les pentes du port de Ba­lès). Aru, qui par­ti­cipe pour la deuxième fois à la Grande Boucle (13e en 2016), a dé­jà ga­gné un grand tour dans sa car­rière (Vuel­ta 2015). Comme Bar­det, le Sarde est is­su de la classe 1990. Une date de nais­sance qui pour­rait s’avé­rer porte-bon­heur sur ce Tour.

(Pho­to EPA)

L’Au­ver­gnat a pris le meilleur sur le Co­lom­bien Ri­go­ber­to Uran et l’Ita­lien Fa­bio Aru, hier dans les  der­niers mètres de l’étape.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.