Agnès Bu­zyn : « Vous avez fait hon­neur à la France »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - News - AXELLE TRUQUET atru­quet@ni­ce­ma­tin.fr

« Il y a un an, le jeu­di 14 juillet 2016, à 22 h 30, la France était du­re­ment frap­pée par des actes ter­ro­ristes d’une bar­ba­rie et d’une vio­lence in­ima­gi­nables. Cette hor­reur in­di­cible, qui est ve­nue s’abattre sur notre Na­tion pour ten­ter de dé­truire notre uni­té et de nous faire dou­ter de nos idéaux, nous ne pour­rons l’ou­blier. Je suis ici pour vous dire que la Na­tion n’ou­blie­ra pas non plus celles et ceux qui, dès les pre­mières mi­nutes d’après la tra­gé­die et de­puis lors, se mo­bi­lisent pour ap­por­ter les soins, le sou­tien et le ré­con­fort. » La mi­nistre des So­li­da­ri­tés et de la San­té, Agnès Bu­zyn, a adres­sé un mes­sage fort, hier, à l’en­semble du per­son­nel du CHU de Nice et des hô­pi­taux pé­dia­triques de Ni­ceCHU Len­val. Elle a dé­voi­lé deux plaques com­mé­mo­ra­tives, l’une à l’hô­pi­tal Pas­teur, la se­conde à Len­val.

« Vous êtes al­lés au-de­là de vous-même »

«Sym­bo­li­que­ment, elles rap­pel­le­ront aux gé­né­ra­tions fu­tures, à leurs suc­ces­seurs, à tous les pa­tients, à tous les vi­si­teurs, que tous les per­son­nels soi­gnants, tech­niques, ad­mi­nis­tra­tifs, furent à l’oeuvre ici en ces jours ter­ribles», a sou­li­gné le maire de Nice et pré­sident de la Mé­tro­pole Ch­ris­tian Es­tro­si, pré­sent aux cô­tés no­tam­ment d’Eric Ciot­ti, pré­sident du Dé­par­te­ment des Al­pesMa­ri­times et de Charles Gué­pratte, di­rec­teur gé­né­ral du CHU. Sym­bo­lique aus­si : la re­mise de la mé­daille pour acte de cou­rage et de dé­voue­ment au CHU, au cours de l’hom­mage sur la place Mas­sé­na. Avant la cé­ré­mo­nie of­fi­cielle, la mi­nistre a te­nu à ren­con­trer ceux qui étaient à pied d’oeuvre il y a un an aux urgences de Pas­teur comme à Len­val. Elle a d’ailleurs sou­li­gné le rôle qu’a joué l’hô­pi­tal pé­dia­trique ni­ché sur la Pro­me­nade. « Len­val s’est trans­for­mé en un poste mé­di­cal avan­cé. Vous avez ac­cueilli, trié, con­di­tion­né, pris en charge les pre­miers pa­tients, en­fants et adultes. Len­val et ses équipes sont al­lés au­de­là d’eux-mêmes pour que ce qui de­vait être fait, soit fait et bien fait, qu’il s’agisse des prises en charge tech­niques pour les dix bles­sés en ur­gence ab­so­lue ou qu’il s’agisse aus­si d’ac­cueillir, de ren­sei­gner, de sou­la­ger. »

« La peine et la souf­france de­meurent pal­pables »

Agnès Bu­zyn a aus­si rap­pe­lé l’im­por­tance de la mo­bi­li­sa­tion du 14 juillet 2016 : « Elle a été na­tu­relle et spon­ta­née. Vous avez re­pous­sé vos li­mites et celles de nos or­ga­ni­sa­tions pour prendre en charge pen­dant toutes ces heures des cen­taines de pa­tients. Et vous avez su pour­suivre votre ef­fort en ayant plei­ne­ment conscience d’être en­ga­gés col­lec­ti­ve­ment dans une ac­tion de long terme. » Consciente du tra­vail ac­com­pli, elle semble l’être aus­si des sé­quelles: « Au­jourd’hui, la peine et la souf­france de­meurent pal­pables, je sens votre émo­tion. Le trau­ma­tisme et la dou­leur psy­chique, phy­sique, sont en­core le quo­ti­dien des soi­gnants et de leurs pa­tients. Cha­cun d’entre vous gar­de­ra des ci­ca­trices cer­taines. » Et de conclure: «Par votre ex­cep­tion­nel en­ga­ge­ment, vous avez sau­vé des vies, apai­sé des dou­leurs, ras­su­ré des an­goisses... Vous avez fait la fierté de tout notre sys­tème de san­té, et plus en­core vous avez fait hon­neur à la France. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.