Bar­det n’a pas ai­mé

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Ro­main Bar­det, troi­sième au clas­se­ment gé­né­ral a 25 se­condes de Fa­bio Aru, a re­gret­té les « cal­culs d’apo­thi­caires » entre les fa­vo­ris du Tour de France qui ont lais­sé re­ve­nir « beau­coup de monde dans le match » hier à l’ap­proche de Foix. « C’était une étape très tac­tique plus que phy­sique car il y avait un gros mar­quage entre les pre­miers du gé­né­ral. C’est dom­mage qu’il y ait dé­jà des cal­culs un peu d’apo­thi­caires en mi­lieu de deuxième se­maine » , a dé­cla­ré le cou­reur d’AG2R La Mon­diale. « Il y a eu une belle course avec de grands cham­pions comme Quin­ta­na ou Con­ta­dor qui, bles­sés dans leur or­gueil, sont re­ve­nus un peu dans le match ou Lan­da qui va être très dan­ge­reux », a-til ajou­té.

« Pas de plai­sir à cou­rir en dé­fense »

« C’est dom­mage, il y avait trois, quatre, cinq cou­reurs qui se des­si­naient pour le po­dium et on laisse re­ve­nir dans le jeu beau­coup de monde. J’ai du mal à com­prendre le com­por­te­ment de cer­tains cou­reurs mais cha­cun, après, a ses in­té­rêts. Il y a en­core beau­coup de route et j’es­père qu’on s’en mor­dra pas les doigts à Pa­ris... » Vain­queur jeu­di à Pey­ra­gudes, Ro­main Bar­det a re­gret­té de ne pas avoir pu at­ta­quer dans l’étape de Foix. « Je ne pou­vais rien faire, j’ai ten­té juste de li­mi­ter la casse. Je ne prends pas de plai­sir à cou­rir en dé­fense, ce que j’aime c’est me por­ter à l’at­taque mais dès que j’at­ta­quais, j’avais tout le monde sur le porte-ba­gage » a-t-il in­di­qué.

(Pho­tos AFP)

Mar­quage à la cu­lotte entre les lea­ders du Tour... Bar­det n’a pas pu s’ex­tir­per.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.