Bien­tôt la fête vo­tive les 21, 22 et 23 juillet

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-tropez - G. C.

Les cou­leurs de la ci­té - le bleu et le blanc - sont en place. La Sainte Mag­de­leine, fête vo­tive ou pa­tro­nale puisque cé­lé­brant sa sainte pa­tronne, se tien­dra du ven­dre­di 21 juillet au di­manche 23 juillet. Et, con­trai­re­ment à l’an pas­sé, le vo­let des ani­ma­tions se­ra cette fois consé­quent et de qua­li­té. La rai­son ? Une nou­velle as­so­cia­tion, «Air 2 fêtes», mise en place cou­rant mai or­ga­nise le vo­let mu­si­cal, fes­tif et spor­tif tan­dis que « Cultures et Tra­di­tion» se charge comme à l’ha­bi­tude de la par­tie cultu­relle et tra­di­tion­nelle à tra­vers le dé­fi­lé des chas­seurs, les au­bades ain­si que la messe de la Sainte Mag­de­leine. Tout va donc pour le mieux. Pas for­cé­ment en réa­li­té puisque sur le site de la nou­velle struc­ture as­so­cia­tive, ain­si qu’à tra­vers la dis­tri­bu­tion de pe­tite af­fiche, on constate que » Air 2 fêtes» a ou­blié d’évo­quer les fes­ti­vi­tés du di­manche tout en n’évo­quant ja­mais le terme fête vo­tive. Ce­la peut sur­prendre. D’au­tant plus qu’au dé­but, no­tam­ment au coeur du bulletin mu­ni­ci­pal « Le Pe­tit Mo­lois», le pro­gramme com­plet y fi­gure sous l’en-tête des deux sigles as­so­cia­tifs.

Coup de gueule de Guy Sau­ron

Pour le pré­sident de l’ACTA, Guy Sau­ron, « cet ou­bli est vo­lon­taire et na­vrant. J’en ai aver­ti le maire, Ray­mond Ca­zau­bon, qui m’a in­di­qué ne pas être au cou­rant. La fête c’est un tout et l’oc­ca­sion de fé­dé­rer les éner­gies. J’ai conscience que cette fa­çon de faire me vise prin­ci­pa­le­ment du fait de mon en­ga­ge­ment po­li­tique alors que je l’ai dit et que je le ré­pète, haut et fort : je ne se­rai plus ja­mais can­di­dat à la mai­rie ! » Au centre de cette po­lé­mique, ni heu­reuse ni va­lo­ri­sante pour qui­conque, le pré­sident d’Air 2 fêtes, Sté­phan Gad­dy, a sem­blé un tan­ti­net désa­bu­sé : « J’ai confec­tion­né l’af­fiche avec les deux en­ti­tés. En­suite, c’est plu­tôt une mal­adresse. Mais tout ce­la a-t-il vrai­ment de l’im­por­tance ? L’es­sen­tiel c’est le tra­vail co­los­sal que nos bé­né­voles ont ac­com­pli pour que ces trois jours s’ins­crivent sous le sceau de la convi­via­li­té et de la réus­site. Je pré­fère par­ler de ce­la car là est l’es­sen­tiel. Je sou­haite que la po­pu­la­tion ré­ponde mas­si­ve­ment pré­sent. Ce se­ra notre plus belle ré­com­pense à tous. »

(Pho­to G. C.)

Les chas­seurs qui dé­fi­le­ront ven­dre­di soir ont confes­tion­né leurs car­touches comme chaque an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.