Soyez pru­dents

Hyères Gen­darmes, doua­niers, af­faires ma­ri­times et gardes du Parc na­tio­nal ont contrô­lé les usa­gers du plan d’eau, sous l’au­to­ri­té du Pré­fet ma­ri­time. Un rap­pel des bonnes pra­tiques en dé­but de sai­son

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - CA­RO­LINE MARTINAT cmar­ti­nat@var­ma­tin.com

Des contrôles ont eu lieu hier au large de Por­que­rolles. Un rap­pel des règles de bonnes conduites après les  morts de  au large des côtes va­roises.

Le choix du lieu n’a rien lais­sé au hasard : c’est à Por­que­rolles que le pré­fet ma­ri­time, l’Ami­ral Du Ché, avait dé­ci­dé, hier après-mi­di, de me­ner une opé­ra­tion «sé­cu­ri­té en mer», à la­quelle par­ti­ci­paient les Af­faires ma­ri­times, les Douanes, les gen­darmes de la bri­gade nau­tique cô­tière du La­van­dou et les gardes as­ser­men­tés du Parc na­tio­nal de Port-Cros. Dans ce sec­teur par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible, l’en­jeu de la pré­ser­va­tion en­vi­ron­ne­men­tale s’ajoute en ef­fet à ce­lui de la sé­cu­ri­té des usa­gers.

Pé­da­go­gie et ré­pres­sion

«Notre ob­jec­tif pre­mier est d’aler­ter l’usa­ger sur l’im­por­tance du res­pect des règles, pour sa propre sé­cu­ri­té et pour celle des autres usa­gers de la mer, mais éga­le­ment pour le res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment, ex­pli­quait San­drine Sel­lier-Ri­chiez, dé­lé­guée mer et lit­to­ral. On n’est ja­mais seul en mer. Il y a une mul­ti­tude d’usages, sur­tout en cette sai­son. Il faut avoir le sou­ci de l’autre, faire preuve de vi­gi­lance. » L’opé­ra­tion conduite hier se vou­lait avant tout pé­da­go­gique, mais les in­frac­tions les plus graves ont été sanc­tion­nées. Trente-sept usa­gers ont ain­si été contrô­lés et six PV ont été dres­sés : trois pour ex­cès de vi­tesse et trois pour dé­faut de sé­cu­ri­té. Vingt et un aver­tis­se­ments ont aus­si été dé­li­vrés. En ma­tière d’ex­cès de vi­tesse, les contre­ve­nants sont convo­qués, dans la se­maine qui vient, de­vant la com­mis­sion des re­traits de per­mis de la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale des ter­ri­toires et de la mer, où la sanc­tion peut al­ler d’un re­trait de per­mis ba­teau de quelques jours à un re­trait dé­fi­ni­tif. La plu­part des plai­san­ciers ont bien com­pris l’in­té­rêt de cette opé­ra­tion, comme Alexandre, abor­dé par les gen­darmes. « Ça fout un peu la trouille, mais ça se passe bien parce que je suis en règle ! La prévention et la sé­cu­ri­té, c’est im­por­tant ! »

« C’est la mer qui dé­cide ! »

Da­ny, un va­can­cier belge, par­tage le même avis : « J’ai pris le ba­teau en lo­ca­tion et j’ai d’abord fait le tour de l’ar­me­ment avec le pro­prié­taire. Nor­ma­le­ment, on de­vait sor­tir mar­di der­nier, mais il y avait de la houle, alors on a re­por­té. Avec les en­fants, c’était plus pru­dent. C’est la mer qui dé­cide ! »

 morts en 

Tous les plai­san­ciers n’ont mal­heu­reu­se­ment pas le même com­por­te­ment pru­dent et me­su­ré. L’Ami­ral Du Ché, pré­fet ma­ri­time, qui s’était dé­pla­cé pour ap­puyer en per­sonne le mes­sage dé­li­vré lors de cette opé­ra­tion, a d’ailleurs rap­pe­lé les vingt-quatre morts en mer de l’an­née 2016. « C’est moins que sur la route, mais ce­la jus­ti­fie le rap­pel des bonnes pra­tiques. En mer, on ne doit pas mettre en pé­ril sa propre vie, ni celle des autres ou celles des sau­ve­teurs qui de­vront in­ter­ve­nir si vous êtes im­pru­dents. C’est un mes­sage de res­pon­sa­bi­li­sa­tion in­di­vi­duelle que nous sou­hai­tons dé­li­vrer. La mer est un es­pace de li­ber­té, mais il y a une mul­ti­tude d’usages à prendre en compte et, comme à terre, il y a des règles à res­pec­ter ». Pour pro­fi­ter de la mer sans sou­ci !

(Pho­tos Hé­lène Dos San­tos)

L’opé­ra­tion conduite hier sous l’au­to­ri­té du pré­fet ma­ri­time et de la dé­lé­guée mer et lit­to­ral (ci-contre) avait un ob­jec­tif prio­ri­tai­re­ment pé­da­go­gique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.