Pro­jet de loi an­ti­ter­ro­riste : le Sé­nat en­tame un com­bat

Les sé­na­teurs ont com­men­cé, hier, l’exa­men de ce nou­veau pro­jet vou­lu par le gou­ver­ne­ment pour rem­pla­cer, le 1er no­vembre, le ré­gime de l’état d’ur­gence

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

L’exa­men du texte est pré­vu jus­qu’à au­jourd’hui. Il se­ra en­suite trans­mis à l’As­sem­blée na­tio­nale où il se­ra dé­bat­tu en oc­tobre. Le gou­ver­ne­ment sou­hai­tant une adop­tion ra­pide, il a de­man­dé la pro­cé­dure ac­cé­lé­rée, c’est-à-dire une seule lec­ture par chambre. Le Sé­nat s’est ain­si pen­ché, hier, sur l’exa­men du nou­veau pro­jet de loi an­ti­ter­ro­riste vou­lu par le gou­ver­ne­ment pour rem­pla­cer, le 1er no­vembre, le ré­gime ex­cep­tion­nel de l’état d’ur­gence en pé­ren­ni­sant et en ins­cri­vant dans le droit com­mun cer­taines de ses me­sures. « Nous al­lons com­battre le texte dans son en­semble », a an­non­cé le nu­mé­ro un du PCF, le sé­na­teur Pierre Laurent. « Le gou­ver­ne­ment dit qu’il faut sor­tir de l’état d’ur­gence mais, en vé­ri­té, il le rend pé­renne en or­ga­ni­sant la li­mi­ta­tion des li­ber­tés pu­bliques », a-t-il dé­cla­ré.

« État d’ur­gence, État po­li­cier ! »

Plu­sieurs or­ga­ni­sa­tions, dont Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal France, la Ligue des droits de l’Homme ou le syn­di­cat de la ma­gis­tra­ture (SM), ont ap­pe­lé les par­le­men­taires « à ne pas se lais­ser abu­ser par l’idée que la France va sor­tir d’un ré­gime d’ex­cep­tion, alors même qu’il s’agit de l’ins­crire dans le marbre de la loi per­ma­nente ». Une cen­taine de ma­ni­fes­tants ont dé­fi­lé, hier après-mi­di, dans Pa­ris jus­qu’au Sé­nat, à l’ap­pel de plu­sieurs as­so­cia­tions et syn­di­cats, dont Droits de­vant, le DAL, le MRAP, le SM ou l’Union syn­di­cale so­li­daire, aux cris de : « État d’ur­gence, État po­li­cier ! Nous ne lâ­che­rons rien de nos li­ber­tés », a consta­té un jour­na­liste. Le dé­fen­seur des droits Jacques Tou­bon, la ju­riste Mi­reille Del­masMar­ty et le com­mis­saire eu­ro­péen aux droits de l’homme Nils Muiz­nieks se sont éga­le­ment in­quié­tés de ce pro­jet.

« Des me­sures qui nous semblent es­sen­tielles »

La me­nace ter­ro­riste « est là, tou­jours pré­gnante », a in­di­qué à l’ou­ver­ture des dé­bats le mi­nistre de l’In­té­rieur Gé­rard Col­lomb. « Nous vou­lons sor­tir de l’état d’ur­gence, mais nous ne pou­vons le faire sans adap­ter notre dis­po­si­tif de lutte contre le ter­ro­risme », a-t-il ex­pli­qué. « Il nous reste en­core à prendre des me­sures qui nous semblent es­sen­tielles », a-t-il ajou­té. Il a aus­si évo­qué la « vo­lon­té constante » du gou­ver­ne­ment « de conci­lier ef­fi­ca­ci­té de la lutte an­ti­ter­ro­riste et pré­ser­va­tions des li­ber­tés in­di­vi­duelles ». Pour le rap­por­teur, l’an­cien garde des Sceaux Mi­chel Mer­cier (UC), « ce texte ne fait pas en­trer l’état d’ur­gence dans le droit com­mun ». « La créa­tion de pé­ri­mètres de pro­tec­tion, la fer­me­ture de lieux de culte, l’obli­ga­tion de ré­si­der dans une com­mune, les vi­sites do­mi­ci­liaires, sont des me­sures de po­lice ad­mi­nis­tra­tive qui viennent par­faire un droit du ter­ro­risme à la fois pé­nal et ad­mi­nis­tra­tif », a-t-il sou­li­gné.

(Pho­to AFP)

Gé­rard Col­lomb, mi­nistre de l’In­té­rieur, a sou­li­gné la « vo­lon­té constante » du gou­ver­ne­ment « de conci­lier ef­fi­ca­ci­té de la lutte an­ti­ter­ro­riste et pré­ser­va­tions des li­ber­tés in­di­vi­duelles ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.