Mat­thews re­met ça

Dé­jà vain­queur à Ro­dez, l’Aus­tra­lien a rem­por­té hier un sprint dis­pu­té en pe­tit co­mi­té (22). Où ne fi­gu­raient pas Mar­tin, Con­ta­dor et Meintjes, pié­gés...

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - À RO­MANS-SUR-ISÈRE, RO­MAIN LARONCHE

Une étape de 165 km pla­cée entre le jour de re­pos et les deux pro­fils ef­frayants dans les Alpes. La tra­ver­sée de la Haute-Loire, de l’Ar­dèche et de la Drôme avait tout d’une jour­née de ‘‘tran­si­tion’’. Mais il est écrit que ce Tour 2017 ne lais­se­rait pas beau­coup de ré­pit. Hier le tra­di­tion­nel vent de la val­lée rho­da­nienne s’est mê­lé à la course. Et ce­la a fait des dé­gâts. À une quin­zaine de ki­lo­mètres de Ro­mans-sur-Isère, l’équipe Sky, et no­tam­ment Ki­ryien­ka, ont ap­puyé sur les pé­dales. Ré­sul­tat, le pe­lo­ton s’est éti­ré avant d’ex­plo­ser. Dans le rôle du chef d’or­chestre, Ch­ris Froome en per­sonne. « Dans les vingt der­niers ki­lo­mètres, il y avait du vent de cô­té, c’est là qu’on a dé­ci­dé qu’il fal­lait rou­ler. Ce­la a don­né une fin d’étape as­sez folle et je suis content d’avoir été du bon cô­té de la cas­sure ». Ra­pi­de­ment ai­dé par les Mo­vis­tar, Di­men­sion Da­ta (pour Boas­son Ha­gen) et Sun­web (Mat­thews), les Sky ont fait le mé­nage. Dans cette les­sive, pas de grands bat­tus, mais quelques out­si­ders sont tout de même pas­sés par la fe­nêtre. Dans l’af­faire, Dan Mar­tin et Louis Meintjes ont lâ­ché 51 se­condes, quand Al­ber­to Con­ta­dor a per­du 1’33’’. C’est tou­jours ça de pris. Dans ce groupe ré­duit à une ving­taine d’uni­tés, Mi­chael Mat­thews a mon­tré qu’il fi­nis­sait très fort ce Tour

Maillot vert re­lan­cé

L’Aus­tra­lien, ins­tal­lé à Mo­na­co, a rem­por­té un deuxième suc­cès d’étape, trois jours après sa vic­toire en cos­taud à Ro­dez. Dans un sprint en­core hou­leux, où John De­gen­kolb (3e) a quelque peu été gê­né par le vain­queur. « J’ai sui­vi ma tra­jec­toire, je n’ai pas fer­mé la porte. J’ai fait un sprint propre et s’il (De­gen­kolb) avait été plus fort, il m’au­rait pas­sé », a as­su­ré Mat­thews. En plus de la vic­toire, le na­tif de Can­ber­ra s’est net­te­ment rap­pro­ché du maillot vert, qui sem­blait dé­jà pro­mis à Mar­cel Kit­tel. Il faut dire que l’Al­le­mand n’a pas pu se joindre à la ba­taille fi­nale, lui qui avait été lâ­ché dans les pre­mières dif­fi­cul­tés de l’étape. Re­ve­nu à 29 points, Mat­thews a en­core l’oc­ca­sion de se rap­pro­cher dans les sprints in­ter­mé­diaires des deux étapes al­pestres. «Je vais dé­jà fê­ter ma vic­toire avant d’y pen­ser, mais oui c’est pos­sible. Kit­tel est le plus ra­pide sur le plat et je dois al­ler de l’avant dans les étapes où il ne peut pas suivre. C’est un plan de jeu de jeu to­ta­le­ment dif­fé­rent que nous avons Mar­cel et moi et nous fe­rons les comptes à Pa­ris ». En at­ten­dant le ver­dict des Champs-Ély­sées, c’est un tout autre com­bat qui at­tend le pe­lo­ton au­jourd’hui. Au me­nu, quatre cols dont le Ga­li­bier, le toit du Tour du haut de ses 2642 mètres.

(Pho­to EPA/MAXPPP)

Mi­chael Mat­thews double la mise... avec un sou­rire XXL.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.