Six cents mille dol­lars pour un nou­vel al­bum

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Recontre -

Le der­nier al­bum du groupe, And the Any­mous No­bo­dy ,a été financé sur une pla­te­forme par­ti­ci­pa­tive. Pour­quoi re­cou­rir au crowd­fun­ding quand on a un tel pe­di­gree ? « Ce n’était pas vrai­ment une né­ces­si­té », ad­met Pos , le lea­der de De La Soul. « Nous in­té­res­sons tou­jours les mai­sons disques, on au­rait donc trou­vé quel­qu’un pour nous pro­duire. Mais une ma­jor a tou­jours une in­fluence sur la mu­sique que l’on crée. Un la­bel nous au­rait dit : c’est bon, on aime. Mais es­sayez de faire plus court sur tel mor­ceau ou d’ajou­ter des

per­cus­sions sur tel autre. Et qu’on le veuille ou non, quelque chose se se­rait per­du en route. On au­rait été obli­gés d’ac­cep­ter des com­pro­mis. » Près de douze mille do­na­teurs se sont mo­bi­li­sés. Soit une col­lecte de 600 000 dol­lars ! « M’est avis que c’est beau­coup d’ar­gent… », dit Pos en sou­riant. Au­jourd’hui, De La Soul signe la mu­sique qui lui plaît vrai­ment : « Tout ce que le pu­blic en­tend, nous pou­vons le re­ven­di­quer ». « C’est l’al­bum de l’amour », ré­sume Pos, pas fâ­ché d’avoir ga­gné une li­ber­té to­tale pour ce neu­vième opus. Le ré­sul­tat est dans les bacs de­puis bien­tôt un an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.