La di­va chante... l’éco­no­mie en­chan­tée

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Le Journal De L’été -

Qui dit star (hy­per) ban­kable, dit cartes bleues qui chauffent. Comme U ou Ma­don­na, Cé­line Dion at­tire des fans du monde en­tier.   spec­ta­teurs : des Ni­çois mais aus­si des Fran­çais et beaucoup d’Ita­liens, d’An­glais ou de Scan­di­naves qui « res­tent deux nuits en moyenne » à Nice et plus lar­ge­ment sur la Côte d’Azur, es­time De­nis Cip­po­li­ni, le pré­sident du syn­di­cat des hô­te­liers Nice Côte d’Azur. Des fans qui « vont à l’hô­tel, au res­tau­rant, en pro­fitent pour faire du shop­ping », se ré­jouit Ru­dy Salles, l’adjoint en charge du Tou­risme à Nice. Des fans qui comme Yas­mine, ve­nue de Bre­tagne, comptent bien « se faire plai­sir et sor­tir ». Des fans qui dé­pensent «  eu­ros par jour mi­ni­mum ». Par­fois beaucoup plus… Une manne pour l’éco­no­mie lo­cale qui souffre en­core des consé­quences de l’at­ten­tat. Comme De­peche Mode, qui a drai­né un pu­blic au fort pou­voir d’achat en mai der­nier, ou « Cold­pa­ly qui avait fait ex­plo­ser les comp­teurs en   » ,le show de Cé­line Dion au­ra « for­cé­ment un im­pact po­si­tif même si Nice n’est pas l’unique date en France de sa tour­née eu­ro­péenne », af­firme Ru­dy Salles. Dif­fi­cile d’es­ti­mer ces retombées éco­no­miques mais il y a des signes qui ne trompent pas. Les hô­tels sont over­boo­kés : à deux pas de l’Al­lianz Ri­vie­ra, le Ser­vo­tel Saint-Vincent de De­nis Cip­po­li­ni, af­fiche com­plet, «  % des ré­ser­va­tions sont liées au concert ». À proxi­mi­té, les éta­blis­se­ments « de L’Aré­nas ou de la pro­me­nade des An­glais » pro­fitent de l’ef­fet su­per-di­va. « Il y a un pic sur la soi­rée du concert », se ré­jouit le pa­tron des hô­te­liers azu­réens. Il n’a qu’un seul re­gret : « Ce soir-là, il y a aus­si Sting à Juan-les-Pins, deux ve­dettes sur la Côte d’Azur le même soir, c’est un peu dommage. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.