« Content de mes der­niers jours »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

« Une étape my­thique du Tour. En­fin une de celles qui me fai­saient rê­ver ga­min et qui m’ont ame­né à pra­ti­quer ce sport. Alors j’étais plus qu’heu­reux de pou­voir ou­vrir la route du Tour une bonne par­tie de la jour­née. Même si c’était très dur. Je pen­sais avoir fait la bonne opé­ra­tion quand nous étions un groupe de  cou­reurs de­vant. C’était sans comp­ter sur Con­ta­dor. Son re­tour a chan­gé la donne et je ne me fai­sais pas trop d’illu­sions sur mes chances de vic­toires ou de Top . Avec lui, der­rière ils ont contrô­lé pour le clas­se­ment gé­né­ral.  mi­nutes d’avance au pied du Ga­li­bier plus la fa­tigue ac­cu­mu­lée des der­niers jours, je me sa­vais condam­né. Dans la deuxième par­tie du Ga­li­bier, j’avais l’im­pres­sion de ne plus avan­cer. Manque d’éner­gie, ef­fets né­fastes de l’al­ti­tude sur mon corps, j’en étais ré­duit au rôle de spec­ta­teur de pre­mier plan. C’est un pri­vi­lège, vous me di­rez, d’as­sis­ter à l’at­taque de Bar­guil puis aux at­taques des meilleurs de ce Tour. J’ai fi­ni en­suite comme j’ai pu les  der­niers ki­lo­mètres en­cou­ra­gé par une foule de fans au top. Je n’en­ten­dais plus rien entre mon manque de lu­ci­di­té, les gens, l’ef­fort... Même la des­cente vers Serre-Chevalier était dure avec les la­cets, le vent de face mais je ne vou­lais rien lâ­cher. Sans cal­cu­ler, j’ai com­men­cé l’étape à fond et l’ai fi­ni cuit. Mais je suis content de mes der­niers jours, mal­gré la souf­france en­du­rée. Pa­ra­doxa­le­ment, j’ai pris énor­mé­ment de plai­sir et garde des images plein la tête de cette jour­née. » * Chaque jour le cou­reur de Saint-Jean­net nous ra­conte son Tour de l’in­té­rieur. 18e de l’étape hier, il pointe ce ma­tin à la 35e place à 1h25’05 de Froome.

(Pho­to Epa)

Moi­nard : une jour­née de­vant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.