Les ama­teurs au pou­voir

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente -

Si An­dré Mal­raux était en­core de ce monde, il s’écri­rait « le troi­sième mil­lé­naire ne fe­ra confiance qu’aux ama­teurs ou ne se­ra pas ». Forte de cette ten­dance, la so­cié­té ci­vile a dé­jà pris du ga­lon dont le chef des ar­mées n’ayant ja­mais fait son ser­vice mi­li­taire et la mi­nistre de tu­telle pas da­van­tage fa­mi­lière avec l’uni­forme, ont pous­sé à la dé­mis­sion l’un de nos rares ké­pis à af­fi­cher cinq étoiles. Ama­teurs éga­le­ment à l’As­sem­blée na­tio­nale où les nou­veaux dé­pu­tés se targuent de ne rien connaître à ce qui consti­tue dé­sor­mais leur mé­tier. Ama­teurs pour gé­rer les fi­nances pu­bliques choi­sis par­mi les ci­toyens sans pa­tri­moine. Ama­teurs dans une « agri­cool » ap­pe­lée à sau­ver notre agri­cul­ture. Les paysans de­vront-ils dé­ser­ter les cam­pagnes et s’ins­tal­ler dans les villes pour ne pas mou­rir de faim ? Les conte­neurs de la der­nière gé­né­ra­tion vont-ils rem­pla­cer une terre où, ces der­nières dé­cen­nies, on ne fai­sait plus guère pous­ser que des sub­ven­tions ? Après les jar­dins sur les toits et les ruches ci­ta­dines, voi­ci qu’ap­pa­raissent en ef­fet des ar­moires mé­tal­liques dont chaque al­véole pro­duit au­tant de fruits et de lé­gumes que   m d’un sol plus ca­pable de nour­rir ses pro­prié­taires. Au Ja­pon,   lai­tues sortent quo­ti­dien­ne­ment d’une ferme ver­ti­cale dont les ex­ploi­tants sont as­su­rés de faire for­tune sans avoir à quit­ter l’ho­ri­zon­tal. Et tant pis si la na­ture ain­si fer­ti­li­sée est beaucoup moins belle...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.