Huit bonnes idées pas­sées au crible de la FFMC

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour -

LA SIL­HOUETTE NOIRE SUR LE LIEU DE L’AC­CI­DENT

Sur les 600 per­sonnes qui ont ré­pon­du, 231 se­raient fa­vo­rables à l’ins­tal­la­tion de sil­houettes noires pour chaque per­sonne dé­cé­dée ou griè­ve­ment bles­sée, à l’en­droit où l’ac­ci­dent a eu lieu. Ce qu’en pense la FFMC : « A l’heure où l’on se bat pour éloi­gner les obs­tacles sur les abords des routes, ces sil­houettes re­pré­sentent jus­te­ment une gêne la­té­rale, dont les deux roues sont les pre­mières vic­times. Il faut être pru­dent ».

LES CAM­PAGNES DE SEN­SI­BI­LI­SA­TION

85 per­sonnes les sou­hai­te­raient en­core plus nom­breuses et faites en pré­sence d’ac­ci­den­tés de la route. Ces cam­pagnes existent dé­jà, no­tam­ment au ly­cée où elles sont re­nou­ve­lées chaque an­née. Ce qu’en pense la FFMC : La fé­dé­ra­tion en pro­pose elle-même dans les écoles, col­lèges et ly­cée, avec un axe bien pré­cis : ame­ner l’élève à s’in­ter­ro­ger sur les dan­gers de la route et sur ses propres actes.

DES PEINES LOURDES

Une tren­taine de per­sonnes est fa­vo­rable aux sanc­tions lourdes. Ce qu’en pense la FFMC : « Je n’y crois pas du tout » ré­pond Marc Ber­trand. « Les per­sonnes qui pra­tiquent des ir­ré­gu­la­ri­tés se trouvent tou­jours des bonnes raisons d’avoir eu à le faire ».

SEN­SI­BI­LI­SER LES AU­TO­MO­BI­LISTES

Une ving­taine d’in­ter­nautes ai­me­rait que les ser­vices pu­blics sen­si­bi­lisent les au­to­mo­bi­listes aux dan­gers pour les deux-roues et s’in­ter­rogent sur les in­fra­struc­tures rou­tières. Ce qu’en pense la FFMC : C’est l’un des che­vaux de ba­taille de la fé­dé­ra­tion : la créa­tion de pôles in­ter-usa­gers : « com­prendre pour­quoi le mo­tard se met en tête au feu rouge, l’im­por­tance de l’angle mort sur les ca­mions. Une in­ter­ac­ti­vi­té qui, plu­tôt que de di­vi­ser les usa­gers, créant des com­por­te­ments in­adap­tés, les rap­proche en les ame­nant à se com­prendre ».

DES PAN­NEAUX AVEC LE NOMBRE DE TUES

Cette pro­po­si­tion em­porte l’adhé­sion d’une ving­taine de son­dés qui re­prennent ce qui avait été ins­tau­ré il y a une di­zaine d’an­nées sur la route du Muy: « Ici, un mort par mois ». Ce qu’en pense la FFMC : « Je ne crois pas aux mé­thodes de culpa­bi­li­sa­tion. Les images hor­ribles sur les pa­quets de ci­ga­rettes n’em­pêchent pas les gens de fu­mer. C’est même contre-pro­duc­tif car notre cer­veau re­jette ce qui est an­xio­gène ».

LE DESENCLAVEMENT DU GOLFE

L’ob­jec­tif se­rait de ré­duire la fré­quen­ta­tion de cer­taines routes. Ce qu’en pense la FFMC : Si Marc Ber­trand re­con­naît que l’af­flux d’usa­gers in­duit des com­por­te­ments dan­ge­reux comme des sta­tion­ne­ments à risque, il sou­ligne tou­te­fois que les mo­tards res­tent plus vi­gi­lants sur des voies dif­fi­ciles.

PRÉ­SENCE REN­FOR­CÉE DES FORCES DE L’ORDRE

Une ving­taine d’in­ter­nautes sou­haite une pré­sence phy­sique plus mar­quée des forces de l’ordre sur les routes. Ce qu’en pense la FFMC : « En­tiè­re­ment d’ac­cord. La pré­sence d’hommes de loi sur les routes a une vé­ri­table ac­tion pré­ven­tive que n’ont pas, ou beau­coup moins, les ra­dars ».

BSR PAS AVANT  ANS

Une ving­taine de son­dés es­time les condi­tions d’ob­ten­tion du bre­vet deux roues trop lé­gères et sou­hai­te­rait que l’âge d’ac­cès au bre­vet passe de 14 ans à 16 ans. Ce qu’en pense la FFMC : « Ce se­rait une grave er­reur. Le pic de risque chez les ado­les­cents se si­tue à 17 ans dans tous les do­maines. À 14 ans, le jeune est en­core sous l’in­fluence de ses pa­rents et plus per­méable aux règles. Mieux vaut ap­prendre le plus tôt pos­sible ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.