Ma­cron tente de ras­su­rer les mi­li­taires à Istres

Le chef de l’Etat, ac­com­pa­gné du nou­veau chef d’état-ma­jor, Fran­çois Le­cointre, s’est éver­tué à re­con­qué­rir le coeur et les es­prits mi­li­taires après la dé­mis­sion fra­cas­sante du gé­né­ral de Villiers

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Je veux que vous ayez les moyens de vos mis­sions » ,a lan­cé le chef de l’État et des ar­mées dans une adresse au per­son­nel de la base aé­rienne 125 d’Istres (Bouches-du-Rhône), qui figure par­mi les maillons clefs des forces de dis­sua­sion nu­cléaire. « Votre en­ga­ge­ment, l’en­ga­ge­ment de l’ar­mée de l’air comme ce­lui de toutes les ar­mées est né­ces­saire et je le res­pecte pro­fon­dé­ment, (...) je sais ce que la Na­tion vous doit », a in­sis­té M. Ma­cron, as­su­rant les mi­li­taires de sa « pro­fonde es­time » et de sa « confiance ».

L’ef­fort de la Dé­fense por­té à  % du PIB

Le mi­nis­tère des Ar­mées n’est pas « un mi­nis­tère comme les autres parce que des vies sont en­ga­gées au quo­ti­dien », a-t-il en­core ob­ser­vé avant d’ajou­ter : « Je ne lais­se­rai per­sonne dire que des choix bud­gé­taires se font aux dé­pens de votre sé­cu­ri­té. C’est faux. J’en se­rai le ga­rant. » M. Ma­cron a ré­af­fir­mé que le bud­get de la Dé­fense se­rait por­té à 34,2 mil­liards d’eu­ros en 2018, sou­li­gnant qu’« au­cun bud­get (mi­nis­té­riel) autre que ce­lui des ar­mées ne se­ra aug­men­té » cette an­née­là. Il a éga­le­ment ré­af­fir­mé sa vo­lon­té de por­ter l’ef­fort de dé­fense à 2 % du PIB d’ici à 2025. « Ce sont des en­ga­ge­ments que j’ai pris et que je tien­drai », a-t-il mar­te­lé, re­le­vant que l’aug­men­ta­tion de 1,8 mil­liard d’eu­ros du bud­get des ar­mées pré­vue en 2018 étant sans pré­cé­dent « ces der­nières an­nées ». Quant aux po­lé­miques sur les éco­no­mies de­man­dées en 2017 et qui ont conduit au dé­part de M. de Villiers, « nous mé­ri­tons col­lec­ti­ve­ment mieux qu’un tel dé­bat » ,a ju­gé le pré­sident, qui a ce­pen­dant ren­du un « cha­leu­reux hom­mage » au gé­né­ral, « grand sol­dat ai­mé et ad­mi­ré de ses su­bor­don­nés ». Mais, pour le chef de l’État, « le pre­mier élé­ment » est dé­sor­mais « d’avoir une stra­té­gie di­plo­ma­tique, mi­li­taire, ca­pa­ci­taire » , qui fe­ra l’ob­jet d’une ré­flexion « conduite dans les pro­chaines se­maines sous l’au­to­ri­té de la mi­nistre des Ar­mées » Flo­rence Par­ly. À ses cô­tés lors de la vi­site à Istres, celle-ci de­vra lui rendre ses conclu­sions « à l’au­tomne », a-t-il pré­ci­sé.

« Le mon­tant de la loi de fi­nance se­ra res­pec­té »

En 2017, a en­core cer­ti­fié M. Ma­cron, « le mon­tant de la loi de fi­nances ini­tiale se­ra res­pec­té » et, s’il y a « une contri­bu­tion des ar­mées à la so­li­da­ri­té na­tio­nale » ,à hau­teur de 850 mil­lions d’eu­ros, « ces dé­ci­sions de ges­tion (...) n’au­ront au­cun im­pact, ni sur la stra­té­gie, ni sur les ca­pa­ci­tés, ni sur l’ef­fort » de dé­fense. À Istres, M. Ma­cron était ac­com­pa­gné pour la pre­mière fois du gé­né­ral Fran­çois Le­cointre, suc­ces­seur du gé­né­ral de Villiers et, jus­qu’à sa no­mi­na­tion mer­cre­di, chef du ca­bi­net mi­li­taire du Pre­mier mi­nistre. Le pré­sident a re­ga­gné Pa­ris à bord d’un Boeing C135 avec quatre ra­vi­taille­ments en vol pla­ni­fiés lors de ce tra­jet.

(Pho­to AFP)

Le chef de l’Etat a en­dos­sé la te­nue mi­li­taire et ren­du de mul­tiples hom­mages aux mi­li­taires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.