Jazz à Tou­lon : songe swing d’une nuit d’été

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - C'été... Jeudi Soir - RODOLPHE PETÉ

Les ab­sents ont eu tort, jeu­di soir place Louis-Blanc, au centre-ville de Tou­lon pour LE concert-évé­ne­ment. Un trio ex­cep­tion­nel pour les ama­teurs de jazz, à sa­voir Jean-Luc Pon­ty au vio­lon, Bi­ré­li La­grène à la gui­tare acous­tique et Kyle East­wood à la contre­basse. S’il fal­lait payer quelques jours avant pour en­tendre cette af­fiche à Jazz à Juan dans les Alpes-Ma­ri­times, les Va­rois ont eu le pri­vi­lège de la gra­tui­té, dans l’es­prit d’un fes­ti­val qui offre aux fans, comme aux pro­fanes, un pla­teau de choix (Roy Hard­grove di­manche par exemple, sur les plages du Mou­rillon à 21 h 30). Et jeu­di soir, les gé­né­ra­tions, comme les na­tio­na­li­tés, se mê­laient, à deux pas du port, as­sises ou de­bout, pour un dé­but de nuit ber­cée par une vir­tuo­si­té sans dé­mons­tra­tion ex­ces­sive. La soi­rée a com­men­cé par du très haut ni­veau, avec Blue Train de John Col­trane. Elle s’est pour­sui­vie, pen­dant une heure et de­mie (avec un rap­pel consé­cu­tif à des ap­plau­dis­se­ments très nour­ris) par un dé­rou­lé de com­po­si­tions ori­gi­nales du maître de la gui­tare ma­nouche (au­près du quel a com­men­cé en simple ac­com­pa­gna­teur un cer­tain Tho­mas Du­tronc) et du sor­cier du vio­lon, dont les dé­cen­nies de car­rière (avec Lé­gion d’hon­neur en 2016 et une pluie de prix pres­ti­gieux) dans le monde en­tier, n’ont pas en­ta­mé la mo­des­tie. En­tre­cou­pés de swings de re­prise (à l’ins­tar de Mer­cy, Mer­cy, Mer­cy de Joe Za­wi­nul), de deux so­los (Pon­ty et La­grène) et de quelques mots en fran­çais de Kyle East­wood, re­la­tant son plai­sir de jouer entre deux lé­gendes. Cer­tains spec­ta­teurs étaient ve­nus bien en avance pour être sûrs d’être as­sis dans les pre­miers rangs. D’autres, simples cu­rieux, sont pas­sés, in­tri­gués par ces notes bleues qui por­taient bien au-de­là d’une aire plu­tôt dé­diée d’ha­bi­tude aux jeux et au mar­ché. Qu’im­por­tait au fi­nal la con­nais­sance (un spec­ta­teur s’éton­nant que Pon­ty parle fran­çais...), seul comp­tait le plai­sir d’une belle har­mo­nie entre ce trio et son pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.