Aides au lo­ge­ment : baisse en oc­tobre

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Les aides per­son­nelles au lo­ge­ment su­bi­ront « une baisse de 5 eu­ros par mois et par mé­nage à par­tir d’oc­tobre suite à l’ap­pli­ca­tion d’une réforme d’éco­no­mie bud­gé­taire dé­ci­dée sous le quin­quen­nat pré­cé­dent et pas en­core ap­pli­quée », a in­di­qué hier une res­pon­sable du mi­nis­tère de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, chargé entre autres du lo­ge­ment. En re­vanche, une sup­pres­sion pure et simple, évo­quée par cer­tains mé­dias, « n’a ja­mais été en­vi­sa­gée » et n’au­rait « au­cun sens ». Les aides per­son­nelles au lo­ge­ment bé­né­fi­cient au to­tal à 6,5 mil­lions de mé­nages fran­çais et coûtent 18 mil­liards d’eu­ros par an au bud­get de l’État, a pré­ci­sé la res­pon­sable. Ver­sées par les caisses d’al­lo­ca­tions fa­mi­liales, elles se dé­com­posent en trois ca­té­go­ries : l’aide per­son­na­li­sée au lo­ge­ment (APL), qui pro­fite no­tam­ment à en­vi­ron 800 000 étu­diants, l’al­lo­ca­tion de lo­ge­ment fa­mi­lial (ALF) et l’al­lo­ca­tion de lo­ge­ment social (ALS). Une baisse de ces aides de 5 eu­ros par mois et par mé­nage re­pré­sen­te­rait une éco­no­mie men­suelle de 32,5 mil­lions d’eu­ros. Les or­ga­ni­sa­tions étu­diantes ont été les pre­mières à ré­agir sa­me­di. Le pre­mier syn­di­cat, la Fage, s’est im­mé­dia­te­ment in­sur­gé : « Alors que plus de 60 000 ba­che­liers sont en dé­tresse, faute d’af­fec­ta­tion (dans l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur), la pour­suite d’études se voit aujourd’hui dou­ble­ment re­mise en cause ». La Fage a de­man­dé au gouvernement et au Pré­sident « de ne pas ma­tra­quer le por­te­feuille des étu­diants en re­ve­nant sur cette me­sure in­juste, d’ou­vrir une vraie réforme des aides so­ciales étu­diantes et de lan­cer sans dé­lai le plan de 80 000 lo­ge­ments an­non­cé dans le pro­gramme du pré­sident de la République ».

% des étu­diants sous le seuil de pau­vre­té

Pour Li­lâ Le Bas, pré­si­dente de l’Unef, « en­core une fois, on fait des éco­no­mies sur le dos des étu­diants », qui re­pré­sentent 40% des al­lo­ca­taires : « Cette aide est vi­tale pour avoir un lo­ge­ment au­to­nome, pour avoir sim­ple­ment les moyens de pour­suivre ses études car on le sait bien, la pré­ca­ri­té est im­por­tante, les bourses in­suf­fi­santes ». Se­lon la Fage, un étu­diant sur quatre vit sous le seuil de pau­vre­té et le lo­ge­ment re­pré­sente plus de la moi­tié du bud­get men­suel d’un étu­diant. Jeu­di, à l’As­sem­blée na­tio­nale, le mi­nistre des Comptes pu­blics, Gé­rald Dar­ma­nin, avait af­fi­ché la cou­leur en an­non­çant des coupes dans les dé­penses pour le lo­ge­ment, la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et dans les aides so­ciales, qui coûtent « plus que ses voisins sans pour au­tant amé­lio­rer les ser­vices pu­blics ». Il avait ap­pe­lé à un « ef­fort sans pré­cé­dent » afin de ré­duire de trois points, d’ici à 2022, le poids des dé­penses pu­bliques (qui re­pré­sen­taient 56,4% du Pro­duit in­té­rieur brut en 2016).

(Photo PQR/L’Est Ré­pu­bli­cain)

L’aide per­son­na­li­sée au lo­ge­ment (APL) pro­fite no­tam­ment à en­vi­ron   étu­diants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.