Faites en­trer les nou­veau­tés

France 2 re­dif­fuse un nu­mé­ro du ma­ga­zine pré­sen­té par Fré­dé­rique Lan­tie­ri, qui lance des do­cu­fic­tions à la ren­trée

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR GILLES BOUSSAINGAULT

France 2 re­dif­fuse un nu­mé­ro de Faites en­trer l’ ac­cu­sé, pré­sen­té par Fré­dé­rique Lan­tie­ri.L ajour­na liste re­vient sur le bilan de cette sai­son as­sez courte, et parle de l’émis­sion qu’elle a conçue pour la ren­trée, sur France 5.

Com­ment avez­vous vé­cu cette sai­son ?

Je re­grette que l’émis­sion n’ait pas été dif­fu­sée pen­dant huit ou neuf mois et que seule­ment cinq épi­sodes in­édits aient été pro­gram­més sur les douze ou treize tour­nés. D’au­tant qu’il y a eu as­sez peu de com­mu­ni­ca­tion faite par la chaîne au­tour de ces numéros. Et, mal­gré ce contexte dif­fi­cile, les au­diences ont été re­mar­quables, avec 1,2 à 1,3 mil­lion de té­lé­spec­ta­teurs à chaque fois. Ce qui prouve que l’émis­sion a un vrai pu­blic.

Il reste donc des in­édits non dif­fu­sés…

En ef­fet, et France 2 en a com­man­dé dix autres, que nous avons com­men­cé à tour­ner.

Quelles sont les rai­sons de cette pro­gram­ma­tion er­ra­tique ?

Je ne sais pas vrai­ment. C’est sans doute pour des rai­sons fi­nan­cières.

Al­lez­vous mo­di­fier l’émis­sion ?

Nous al­lons la mo­der­ni­ser un peu en y met­tant plus de rythme, avec des in­ter­views plus courtes et plus nom­breuses. Mais sans perdre sa fac­ture, car elle ré­pond à des codes très pré­cis avec une musique, des lu­mières et un mon­tage lui don­nant une iden­ti­té po­lar très forte, que les té­lé­spec­ta­teurs viennent cher­cher. On n’y traite que de cas ter­mi­nés, de ma­nière à ce que tous les pro­ta­go­nistes d’une af­faire, dont les juges par exemple, puissent té­moi­gner.

À la ren­trée, vous lan­cez une nou­velle émis­sion sur France 5…

J’ai écrit une sé­rie de do­cu­fic­tions in­ti­tu­lée

48 Heures. Six épi­sodes de cin­quante­deux mi­nutes ont été tour­nés, et la chaîne nous en a com­man­dé d’autres. Il s’agit de gardes à vue s’étant réel­le­ment dé­rou­lées et que nous fai­sons jouer par des ac­teurs. Les scènes sont en­tre­cou­pées d’in­ter­views de po­li­ciers, de gen­darmes et d’avo­cats, de tous ceux y ayant par­ti­ci­pé et qui dé­cryptent les res­sorts psychologiques d’une garde à vue. Qu’est­ce qui fait que quel­qu’un avoue, sur quels res­sorts on ap­puie, quelles failles on ouvre pour qu’il fi­nisse par par­ler. La dif­fu­sion de­vrait se faire en oc­tobre et sans doute en prime time. La pre­mière sai­son abor­de­ra les af­faires les plus em­blé­ma­tiques. Leur nom est en­core se­cret, comme pour une ins­truc­tion ju­di­ciaire…

Fré­dé­rique Lan­tie­ri : « “Faites en­trer l’ac­cu­sé” ré­pond à des codes très pré­cis avec une musique, des lu­mières et un mon­tage lui don­nant une iden­ti­té po­lar très forte ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.