Baisse de l’aide au logement, les équipes Ma­cron et Hol­lande se ren­voient la balle

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Les équipes Ma­cron et Hol­lande se ren­voient la res­pon­sa­bi­li­té de la baisse à ve­nir, très cri­ti­quée, des aides au logement, qui ne pour­rait être qu’une étape avant une ré­forme d’un sys­tème ac­cu­sé d’en­tre­te­nir la hausse des loyers.

« Nous ne l’avons Ja­mais en­vi­sa­gée »

Une res­pon­sable du mi­nis­tère de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, en charge no­tam­ment du Logement, a an­non­cé sa­me­di que toutes les aides au logement al­laient bais­ser de 5 eu­ros par mois et par foyer à par­tir d’oc­tobre et as­su­ré qu’il s’agis­sait de « l’ap­pli­ca­tion d’une ré­forme d’éco­no­mie bud­gé­taire dé­ci­dée sous le quin­quen­nat pré­cé­dent ». « Nous ne l’avons ja­mais en­vi­sa­gée. Ja­mais. Je suis for­mel. Elle ne nous sem­blait pas juste », a ré­pli­qué, hier, l’ex-mi­nistre du Bud­get de Fran­çois Hol­lande, Chris­tian Eckert. Son an­cienne col­lègue au Logement, l’éco­lo­giste Em­ma­nuelle Cosse, a, elle, ac­cu­sé le nou­veau gou­ver­ne­ment « de dire n’im­porte quoi ». Le mi­nistre des Comptes pu­blics Gé­rald Dar­ma­nin, « n’as­su­mant pas cette me­sure de ri­gueur très dure et qui va faire très mal dans les pu­blics dé­fa­vo­ri­sés, ex­plique que c’est l’ap­pli­ca­tion d’une ré­forme que nous au­rions mis en place, ce qui est faux », a-t-elle dé­non­cé. Mais l’ac­tuel mi­nistre de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, Jacques Mé­zard, as­sure que « c’est une me­sure qui dé­coule du fait que le pro­jet de loi de fi­nances 2017 avait été sous-do­té, car le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment avait pré­vu, sans l’an­non­cer, une baisse du mon­tant de ces aides de 140 mil­lions d’eu­ros ». « Sauf qu’ils nous ont lais­sé la faire », a pour­sui­vi M. Mé­zard, en ajou­tant que le gou­ver­ne­ment n’avait « pas d’autre so­lu­tion que de la mettre en oeuvre pour com­bler ce trou ». Il a par ailleurs es­ti­mé qu’il était trop tôt pour par­ler de « trou bud­gé­taire ». « L’an­née n’est pas ter­mi­née. Com­ment peuvent-ils sa­voir en juin qu’il va man­quer 140 mil­lions à la fin de l’an­née sur un bud­get de 18 mil­liards d’eu­ros ? », s’est-il in­ter­ro­gé.

Les étu­diants du­re­ment tou­chés

Une baisse de 5 eu­ros par mois et par mé­nage re­pré­sen­te­rait ain­si une éco­no­mie men­suelle de 32,5 mil­lions d’eu­ros, soit 97,5 mil­lions sur les trois der­niers mois de l’an­née en cours. Les or­ga­ni­sa­tions étu­diantes Fage et Unef ont été les pre­mières à dé­non­cer cette dé­ci­sion, évo­quant une aide « vi­tale » alors qu’un étu­diant sur quatre est sous le seuil de pau­vre­té et que plus de 100 000 tra­vaillent à mi­temps pour fi­nan­cer leurs études.

(Pho­to d’illus­tra­tion N.M.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.