Anou­sh­ka Shan­kar: « Je suis de plus en plus proche de mon si­tar »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’été Var-Matin -

Lu­mière in­té­rieure. Il ne faut pas cher­cher bien loin, Anou­sh­ka Shan­kar ir­ra­die de ce qu’elle offre à son pu­blic : de la sin­cé­ri­té. Pré­sente aux cô­tés de Kan­dace Springs (lire ci-des­sous ) et Ja­mie Cul­lum pour l’avant-der­nier concert de Jazz à Juan, sa­me­di soir, la ta­len­tueuse mu­si­cienne a lais­sé pla­ner l’éter­ni­té. Si­tar en main, il n’est pas ques­tion de « fille de… ». Trop fa­cile d’évo­quer l’as­cen­dance qu’on lui colle de­puis ses pre­miers pas mu­si­caux, il y a dé­jà 28 ans.

La pi­nède est un lieu spé­cial ? Com­ment vous sen­tez-vous sur scène ? Quelle est votre re­la­tion avec votre ins­tru­ment ? Votre nou­vel al­bum se nomme Land of Gold : com­ment peut-on at­teindre cet El­do­ra­do ?

Sou­rire]

Land of Gold

« Oh oui je veux ce­la, je veux ce­ci. »

Je veux que mes en­fants soient en sé­cu­ri­té, je veux res­ter en vie.

Des consi­dé­ra­tions bien dif­fé­rentes… Il s’agit de la terre de l’es­poir : Land of Hope !

MAR­GOT DASQUE mdasque@ni­ce­ma­tin.fr

(Pho­to Sé­bas­tien Bo­tel­la)

La vir­tuose du si­tar a li­vré une pres­ta­tion en­voû­tante, avant-hier, dans la Pi­nède-Gould.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.