Le Sud-Est

Deux mille sa­peurs-pom­piers en­ga­gés pour com­battre les feux de fo­rêt en ré­gion Pa­ca. Pa­ris de­mande deux Ca­na­dair à l’Europe. L’Ita­lie en a dé­pê­ché un en Corse

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Spécial Incendies - P.-R. D.

Le sud-est de la France paie au lourd tri­but aux feux de fo­rêt qui sé­vissent ac­tuel­le­ment : plus de quatre mille hec­tares sont dé­jà par­tis en fu­mée et une ving­taine de se­cou­ristes ont été bles­sés. Hier, pour la deuxième jour­née consé­cu­tive, les sa­peurs-pom­piers lut­taient ar­dem­ment contre des in­cen­dies, at­ti­sés par des vents vio­lents, en Corse et en ré­gion Pa­ca. La France a de­man­dé un sou­tien aé­rien eu­ro­péen [lire ci-des­sous]. En fin d’après-mdi, le mi­nistre de l’In­té­rieur s’est ren­du, hier en Haute-Corse, au che­vet des sa­peurs-pom­piers confron­tés à un feu d’une vio­lence in­ouïe à Ol­me­ta-di-Tu­da. Se­lon un bi­lan pro­vi­soire des au­to­ri­tés, 1 800 hec­tares ont brû­lé en Haute-Corse, 1 350 dans le Var, 865 dans le sud du Vau­cluse, no­tam­ment près de Mi­ra­beau. Au moins sept sa­peurs-pom­piers ont été bles­sés et un autre a été brû­lé au se­cond de­gré dans le Var, et 15 po­li­ciers, dont 11 CRS, ont été lé­gè­re­ment in­toxi­qués par des fu­mées en Corse. Grâce à des vents moins forts, la Haute-Corse connais­sait, hier, une re­la­tive ac­cal­mie, après des flammes im­pres­sion­nantes dans la nuit qui ont ra­va­gé les gros ma­quis et me­na­cé des mai­sons. A Bi­gu­glia, quelques re­prises in­quié­taient tou­jours les se­cou­ristes dans l’après-mi­di.

Un sus­pect in­ter­pel­lé à Pro­pria­no

Plu­sieurs in­cen­dies ont été cir­cons­crits éga­le­ment à Pro­pria­no (Corse-du-Sud) où 20 ha de vé­gé­ta­tion sont par­tis en fu­mée. Les gen­darmes ont in­ter­pel­lé un in­di­vi­du sus­pec­té d’être à l’ori­gine de ces dé­parts de feu. Dans le sud du Lu­be­ron (Vau­cluse), le feu était conte­nu, mais tou­jours ac­tif, se­lon la pré­fec­ture. Une re­prise a été si­gna­lée vers 13 h à la Bas­ti­donne. Cinq sa­peurs-pom­piers d’une co­lonne ve­nue en ren­fort de­puis l’Isère ont été bles­sés dont deux griè­ve­ment. Mais leur pro­nos­tic vi­tal n’est pas en­ga­gé. Six cents sa­peurs-pom­piers res­taient, hier soir, en­core mo­bi­li­sés pour ten­ter d’éteindre le feu. Mais ils ne bé­né­fi­ciaient plus de l’ap­pui aé­rien La Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des sa­peurs-pom­piers de France (FNSPF) a cri­ti­qué, hier, dans un com­mu­ni­qué des « moyens de moins en moins adap­tés » dans un contexte d’im­por­tants in­cen­dies dans le sud-est de la France. La FNSPF dé­nonce une si­tua­tion où «les sa­peurs-pom­piers sont proches de l’épui­se­ment » et dresse un bi­lan sé­vère des moyens em­ployés ac­tuel­le­ment pour la lutte contre les in­cen­dies. « Deux tiers des ca­mions spé­cia­li­sés feux de fo­rêt ne sont plus aux normes mo­dernes. [...] Le re­nou­vel­le­ment de la flotte aé­rienne na­tio­nale [...] se fait at­tendre – ce qui ex­plique que le po­ten­tiel n’est ja­mais dis­po­nible à %. Les sa­peurs-pom­piers ne dis­posent tou­jours pas d’un ou­til in­for­ma­tique unique de ges­tion opé­ra­tion­nelle (SGO) dé­ployé sur tout le ter­ri­toire à l’ins­tar de ceux exis­tants (gen­dar­me­rie, po­lice et bien­tôt le SAMU)», constate la FNSPF. car le Var, les Alpes-Ma­ri­times et la Corse sont dé­sor­mais prio­ri­taires. Seul un Tra­cker était tou­jours en ser­vice pour lar­guer du re­tar­dant afin de ra­len­tir l’avan­cée des flammes. A Mi­ra­beau, tou­jours dans le Vau­cluse, une piste de trois ki­lo­mètres de long a été créée à l’aide de bull­do­zers par l’UIISC 7 de Bri­gnoles [lire en bas à droite].

Nîmes tou­chée par deux in­cen­dies

Hier, deux in­cen­dies ont eu lieu près de Nîmes (Gard). Le pre­mier, qui a été si­gna­lé à 16 h 15, a ra­va­gé 16 ha en l’es­pace d’e nvi­ron deux heures sur le sec­teur de la route d’Uzès. Vingt-neuf ca­mions-ci­ternes feux de fo­rêt (CCF) et 148 sa­peurs­pom­piers du Sdis 30 étaient tou­jours à pied d’oeuvre hier soir pour ten­ter de le cir­cons­crire Le se­cond, moins mé­chant, s’est dé­clen­ché à la même heure sur la com­mune de Bouillargues, a par­cou­ru deux hec­tares. Il a été maî­tri­sé une heure plus tard. Le représentant du Syn­di­cat na­tio­nal du per­son­nel na­vi­gant de l’aé­ro­nau­tique ci­vile (SNPNAC) dans le Gard, Sté­phan Le Bars, a dé­non­cé, hier sur fran­cein­fo, le manque d’avions dis­po­nibles dans la lutte contre les feux de fo­rêt. «Tous les ans on se re­trouve avec des avions cloués au sol soit par manque de pièces dé­ta­chées soit parce que la main­te­nance n’a pas été ef­fec­tuée en temps et en heure» dit-il. « Ce jour [lire hier, ndlr], il manque 4 Ca­na­dair et 1 Tra­cker en ligne de vol. La rai­son est simple, [le] manque de pièces dé­ta­chées » , a pré­ci­sé à l’Agence France Presse Stéphane Le Bars. « Pen­dant cette pé­riode, les avions ne sont pas dans les airs [...] et le feu fait sa vie. Les sa­peurs-pom­piers se re­trouvent dans des si­tua­tions très dé­li­cates ; ça fait des an­nées que les di­rec­tions suc­ces­sives ne nous en­tendent pas », ain­sis­té le syn­di­ca­liste. Se­lon lui, pour « être ef­fi­cace, il fau­drait avoir 12 avions. Sur Nîmes, on en a 7, sur la Corse 2, soit 9 avions au to­tal », a ex­pli­qué le représentant syn­di­cal qui a éga­le­ment mis en garde le mi­nis­tère de l’In­té­rieur sur un éven­tuel mou­ve­ment so­cial : « Si nous n’avons pas d’au­dience au­près des mi­nistres, un pré­avis de grève se­ra dé­po­sé.»

(Pho­to Eric Ot­ti­no) (AVEC AFP)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.