« Je crois que j’ai la chance d’être à peu près nor­mal »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Rencontre -

Pour son aven­ture ma­lienne, La­mo­ma­li, Mat­thieu Che­did a dû convaincre. « Au dé­part, ce n’était pas ga­gné du tout, as­sure le mu­si­cien : « Quand je par­lais de ce pro­jet, les gens me di­saient que c’était sym­pa­thique mais abs­trait » .On­luia fait confiance, sa­chant ce que son ins­tinct peut pro­duire de bon et de fé­dé­ra­teur. N’em­pêche : « C’est un peu comme -M- à l’époque. Tout le monde se fou­tait de ma gueule alors qu’au­jourd’hui, ce per­son­nage est une évi­dence. » Les deux co­ha­bitent au­jourd’hui en har­mo­nie. « Je suis le

même, mais dans deux contextes par­ti­cu­liers. Mat­thieu Che­did, c’est mon iden­ti­té ci­vile et -M- mon iden­ti­té ar­tis­tique. Avec une cou­leur poé­tique dé­ca­lée du quotidien, ce que j’aime bien. » Une chose est sûre, le suc­cès ne lui est pas mon­té à la tête. « Pour une rai­son très ba­sique, très simple : je crois très sin­cè­re­ment à la gé­né­ro­si­té. J’aime les rap­ports sains. Dans le monde de la mu­sique ou de l’art en gé­né­ral, on peut très vite pen­ser que l’on est im­por­tant. On fi­nit par s’iso­ler du réel. Mais les gens ne sont pas dupes. J’ai la chance d’être à peu près nor­mal, ça ne court peut-être pas les rues? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.