Lutte contre les in­cen­dies : Marc Gi­raud sou­haite une « so­li­da­ri­té eu­ro­péenne »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Spécial Incendies - M. V.

Peu avant 20 h hier, le pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal, Marc Gi­raud, s’est ren­du au poste de com­man­de­ment sé­cu­ri­té ins­tal­lé au ni­veau du com­plexe spor­tif Bor­mi­sport à Bormes-les-Mi­mo­sas. L’élu se mon­trait pré­oc­cu­pé au re­gard des condi­tions mé­téo tou­jours dif­fi­ciles à la tom­bée du jour. « Je suis in­quiet, dans la me­sure où le vent peut oc­ca­sion­ner des re­prises de feu ou dé­clen­cher de nou­veaux foyers. Le gros tra­cas, ce sont les moyens aé­riens. On a quatre ca­na­dairs, mais les pom­piers ne peuvent pas tout faire, il y a des en­droits as­sez in­ac­ces­sibles. Hier (mar­di, NDLR), il y a eu plus de 60 dé­parts de feu. Ce ma­tin (hier, NDLR), j’étais en co­lère, je suis plus apai­sé, mais je pense aux hommes sur le ter­rain qui oeuvrent de­puis 48 heures et qui com­mencent à fa­ti­guer. » Le Pre­mier mi­nistre, Edouard Phi­lippe, était at­ten­du sur place un peu plus tard dans la soi­rée (lire ci-des­sus) .« Ce que j’at­tends au­jourd’hui, c’est une so­li­da­ri­té eu­ro­péenne. Quand il y a le feu en Ita­lie, en Grèce, en Es­pagne, nous dé­pê­chons des ca­na­dairs. Là, il y a eu un ca­na­dair ve­nant de l’Ita­lie. Ce que je sais, c’est qu’il nous faut 25 ca­na­dairs et qu’on ne peut pas les com­man­der seul. Il fau­dra que ça passe par un mar­ché eu­ro­péen », pour­suit le pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.