BB­ryance : le blan­chi­ment den­taire qui car­tonne

L’en­tre­prise va­roise est l’un des lea­ders sur le mar­ché du blan­chi­ment den­taire. Elle cu­mule des mil­liers de clients en France et à l’étran­ger, grâce à une stra­té­gie mar­ke­ting, ba­sée sur les ré­seaux so­ciaux

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - SA­RAH ABOUTAQI sa­bou­ta­qi@ni­ce­ma­tin.fr

Thi­bault Gar­cia a le sou­rire aus­si blanc que sa che­mise. Rien d’éton­nant quand on sait que ce jeune homme est à la tête d’une en­tre­prise de blan­chi­ment den­taire. Avec son ex­com­pagne Shan­na, ces deux su­per­stars de la té­lé­réa­li­té(1) ont fon­dé BB­ryance, so­cié­té de blan­chi­ment den­taire à do­mi­cile, ba­sée dans le Var. De nom­breux Fran­çais se laissent ten­ter par le blan­chi­ment à do­mi­cile pour avoir un sou­rire écla­tant sans pas­ser par la case den­tiste. Un bon moyen de ne pas se rui­ner. Et ça, les deux jeunes qui ré­sident dans l’ouest du Var l’ont bien com­pris. « Aux États-Unis, c’est une mé­thode très cou­rante. En ren­trant d’un voyage à Mia­mi, nous avons dé­ci­dé de créer BB­ryance. » Après avoir consul­té de nom­breux den­tistes et pro­fes­sion­nels en France, ils créent leur propre blan­chi­ment en fé­vrier 2016. Et de­puis, c’est un vé­ri­table car­ton. Simples d’usage, les kits pro­po­sés per­mettent d’éclair­cir les co­lo­ra­tions de l’émail et de la den­tine no­tam­ment, grâce à l’uti­li­sa­tion d’un gel blan­chis­sant pen­dant une de­mi-heure, à l’aide d’une gout­tière. «Un gel sans risque puis­qu’il contient moins de 1% de per­oxyde d’hy­dro­gène (eau oxy­gé­née). Au-de­là de cette quan­ti­té, la vente libre est in­ter­dite et doit pas­ser par des ca­bi­nets den­taires », ex­plique Thi­bault. Ce même gel est ef­fec­ti­ve­ment uti­li­sé par les den­tistes, mais en plus grande quan­ti­té (entre 3 et 10%).

Les ré­seaux so­ciaux pan­neaux pu­bli­ci­taires

Les cures Bb­ryance durent entre 7 et 10 jours, pour un coût de 50 à 80 €. Une large gamme de pro­duits est pro­po­sée sur le site. Kits de blan­chi­ment, poudres de char­bon ou en­core brosse à dents en bam­bou na­tu­rel: tout est fait pour vous as­su­rer un sou­rire écla­tant. « Une pro­duc­tion 100 % fran­çaise », sou­ligne le jeune homme, qui rap­pelle que « l’avis d’un den­tiste est pré­fé­rable avant uti­li­sa­tion ». Pour faire connaître leurs pro­duits, les deux gé­rants font eux-mêmes la pu­bli­ci­té. Et ce­la passe par les ré­seaux so­ciaux. « Dès le dé­but, nous avons dé­ci­dé de mettre notre no­to­rié­té au ser­vice de la marque. Avec Shan­na, nous avons des mil­lions d’abon­nés sur les ré­seaux so­ciaux. En fai­sant notre pro­mo, nous nous as­su­rons que nos abon­nées soient des clients po­ten­tiels. » Simple et ef­fi­cace. « Par la suite, nous avons contac­té plu­sieurs in­fluen­ceurs(2) pour des par­te­na­riats. En échange d’une ré­mu­né­ra­tion, ils testent les pro­duits et en parlent sur leurs ré­seaux s’ils sont sa­tis­faits. Leurs abon­nés peuvent ain­si bé­né­fi­cier de codes pro­mo.(3) » Ré­sul­tat : les com­mandes ex­plosent. En un an, Bb­ryance, qui compte dé­sor­mais une di­zaine de sa­la­riés, est de­ve­nue la marque de blan­chi­ment nu­mé­ro 1 sur les ré­seaux so­ciaux. « Nous sommes l’un des lea­ders sur le mar­ché. Mais ce n’est pas pour au­tant qu’on se re­pose sur nos lau­riers», rap­pelle Thi­bault. On se re­nou­velle sans cesse. Par exemple, ces der­niers temps nous avons dé­ve­lop­pé des pro­duits avec des goûts dif­fé­rents : fraise, ci­tron, pêche, fram­boise… Les consom­ma­teurs ap­pré­cient as­sez. » Si BB­ryance car­tonne en

France, la marque ren­contre aus­si un franc suc­cès à l’étran­ger. «Nous ex­por­tons dans 34 pays à l’in­ter­na­tio­nal et nous avons pour am­bi­tion de nous dé­ve­lop­per da­van­tage . » Là en­core, la stra­té­gie reste la même. Tout passe par In­ter­net et les par­te­na­riats avec les « in­fluen­ceurs » étran­gers. « Mon as­so­ciée, Shan­na, est par­tie vivre quelques mois à Mia­mi, donc elle en pro­fite pour dé­mar­cher, in­dique Thi­bault. Mais, c’est un mar­ché plus dif­fi­cile à conqué­rir .» Pour l’heure, l’ob­jec­tif est d’as­seoir la no­to­rié­té de BB­ryance en France. Des col­la­bo­ra­tions avec des den­tistes va­rois et de toute la France sont en cours. Face à

l’en­goue­ment, de nom­breux pro­fes­sion­nels ont contac­té les deux jeunes gens pour vendre des blan­chi­ments di­rec­te­ment dans leurs ca­bi­nets. «À moindre coût tou­jours, mais avec un per­oxyde plus éle­vé cette fois. Ce­la de­vrait ar­ri­ver dans les ca­bi­nets den­taires fin 2 017. » 1.Thi­bault et Shan­na ont par­ti­ci­pé aux émis­sions et

2. Une per­son­na­li­té qui, par son sta­tut, sa po­si­tion ou son ex­po­si­tion mé­dia­tique, peut in­fluen­cer les com­por­te­ments de consom­ma­tion. Dans ce cas pré­sent, l’in­fluence passe par la no­to­rié­té sur les ré­seaux so­ciaux. 3. Bé­né­fi­ciez de 20% de re­mise sur bb­ryance.fr avec le code var­ma­tin20

(Pho­to Do­mi­nique Le­riche)

L’ap­pli­ca­tion du blan­chi­ment est simple : il suf­fit de pla­cer le gel dans une gout­tière four­nie avec le kit et d’at­tendre une tren­taine de mi­nutes. « Les ré­sul­tats sont vi­sibles après une cure de  à  jours », as­sure Thi­bault, gé­rant de BB­ryance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.