Tryo: « Nous sommes des ar­tistes en­ga­gés, pas des ba­bas-co­ol »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Le Journal De L'été - ALEXANDRE CARINI aca­ri­ni@ni­ce­ma­tin. fr

Tou­jours Vent De­bout mal­gré les vents contraires. L’ami­tié en chan­sons, l’es­prit contes­ta­taire. Tryo. Le titre de leur sixième al­bum, comme une phi­lo­so­phie de vie. « Ça nous est ve­nu après l’at­ten­tat du Ba­ta­clan, dans une at­mo­sphère de re­pli, de peur et de mon­tée du FN ,ex­plique Cy­ril Cé­les­tin, alias Guiz­mo, lu­tin porte-pa­role et co-chan­teur du groupe. À cô­té de ça, il y a eu le mou­ve­ment Nuit de­bout à Pa­ris, le film De­main ou le ré­seau Co­li­bris qui ont re­don­né de l’es­poir aux gens. L’al­bum est dans cette to­na­li­té-là. As­sez so­cié­tal, en­ga­gé et fes­tif en même temps, car il faut conti­nuer de s’amu­ser mal­gré tout ». Joyeux fê­tards, même lorsque l’ave­nir est dans le brouillard. Don­neurs de sons et son­neurs d’alerte. Tryo. Hé­ros que l’on en­tend peu sur les ondes ra­dios. Mais la scène les garde alive, de­puis plus de vingt ans. « On a même joué dans des fes­ti­vals avant de sor­tir l’al­bum parce qu’on avait sim­ple­ment en­vie de re­trou­ver les gens, de re­mettre les no­tions d’op­ti­misme et d’uto­pie dans l’air du temps. Au bout de deux ans sans scène, on frô­lait la crise de nerfs ! » Trou­ba­dours, sans for­cé­ment de trom­pettes et tam­bours. Une mu­sique à nou­veau plus acous­tique, pour re­mettre les mots au choeur. « Ces der­nières an­nées, on a tour­né avec beau­coup d’in­vi­tés mais, là, on a eu en­vie de re­trou­ver un son ori­gi­nel, pour que le pro­pos re­de­vienne es­sen­tiel », sou­ligne Da­nie­li­to, dont les per­cus­sions n’as­sour­dissent pas la ré­flexion. « Ça nous oblige à choi­sir la bonne chan­son, car il n’est pas pos­sible de se ca­cher der­rière des ar­ran­ge­ments, ajoute Guiz­mo. Et puis à re­tra­vailler le mé­lange de nos trois voix, en har­mo­nie. » Même aux Nuits du Sud, un Vent De­bout souf­flait de Bre­tagne, pour ra­fraî­chir les têtes et ré­veiller les consciences. Le qua­tuor a fait ré­son­ner l’hymne de nos cam­pagnes jus­qu’au Grand jar­din de Vence. Le mur du son, en écho à la pré­ser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Un tube, hé­las in­dé­mo­dable. « Sans L’hymne de nos cam­pagnes, Tryo n’exis­te­rait pas. Nous avions dé­jà une conscience éco­lo à l’époque de cette chan­son, même si nous étions consi­dé­rés comme des ba­bas-co­ol qui fument au pied d’un arbre, re­ven­dique Guiz­mo. Au­jourd’hui, c’est alerte rouge, et nous ap­por­tons tou­jours notre pierre à l’édi­fice, dans chaque al­bum. Sur­tout avec l’ar­ri­vée d’un Do­nald Trump qui re­met tout en ques­tion ». En­ga­ge­ment mi­li­tant sur des su­jets po­li­tiques. Mais aus­si danse des sen­ti­ments au par­fum poé­tique pour dé­cro­cher La lune ou don­ner des ailes à La de­moi­selle. Sur le fil des par­ti­tions, Tryo à l’équi­libre, sans val­se­hé­si­ta­tion. « La mu­sique, c’est l’émo­tion. Même si on dé­nonce, même si on a des coups de gueule, on garde de la ten­dresse, de l’amour, et de la dé­ri­sion. Pour contre­ba­lan­cer ! » Tryo fi­dèle à ses convic­tions. Avec le plai­sir en par­tage, sur plu­sieurs gé­né­ra­tions. Les che­veux se teintent dé­sor­mais de poivre et sel, quand ils n’ont pas car­ré­ment dis­pa­ru (n’est pas Guiz­mo?). Mais le vent de­bout les porte en­core comme un seul homme. « Le plus dur est der­rière nous. On a d’abord ap­pris à se connaître et le suc­cès n’a pas fait tour­ner les têtes. On est une tri­bu, une fa­mille, à la­quelle on tient trop. » La bour­rasque ne fai­blit pas.

(Pho­to Eric Ot­ti­no)

Bre­tons et fiers de l’être, les joyeux trou­ba­dours de Tryo (ici de gauche à droite Da­nie­li­to, Guiz­mo et Chris­tophe Ma­li) ne re­chignent ja­mais à por­ter leurs pa­roles et chan­sons dans d’autres ré­gions, en par­ti­cu­lier dans la cha­leur fes­tive des Nuits du Sud à Vence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.