LIGUE  Et main­te­nant, Mbap­pé?

Le vice-pré­sident de l’AS Mo­na­co, Va­dim Va­si­lyev, a af­fir­mé sa vo­lon­té de faire pro­lon­ger le joueur... Mais le doute sub­siste quant à l’ave­nir de la nou­velle co­que­luche des Bleus

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - FA­BIEN PIGALLE

C’est la ques­tion que tout le monde se po­sait dès la fin de l’ex­tra­or­di­naire sai­son qui a vu Mo­na­co ra­fler le titre de cham­pion au PSG. C’est la ques­tion que tout le monde se pose, de­puis que Mar­ca, jour­nal bien in­for­mé de Ma­drid et du Real, a an­non­cé que Mo­na­co et le club me­rengue avaient trou­vé un ac­cord de 180 mil­lions d’eu­ros pour trans­fé­rer Mbap­pé. C’est la ques­tion que tout le monde se po­se­ra, pen­dant en­core quelques jours, compte te­nu des dif­fé­rents sons de cloches qui ré­sonnent en cou­lisses.

« J’es­père que nous y ar­ri­ve­rons...»

La ques­tion ? Mbap­pé est-il le pro­chain joueur à quit­ter le Ro­cher ? Ten­tons d’abord de dé­mê­ler le vrai du faux. Sa­chant que le faux d’un jour, peut vi­rer vrai en l’es­pace d’un cla­que­ment de doigts. C’est ça, un mer­ca­to. Qui plus est à Mo­na­co. Unique, fo­re­ver... Un bluff per­ma­nent où les clubs com­mu­niquent très peu de ma­nière of­fi­cielle, où les agents font des heures supp’, et où les jour­naux servent de contre poids in­di­rects dans des né­go­cia­tions à cou­teaux ti­rés. Pre­miè­re­ment, Mbap­pé n’a tou­jours pas ar­rê­té son choix. Deuxiè­me­ment, Mo­na­co ne fait pas - en­core - tout pour qu’il reste. «Nous vou­lons pro­lon­ger Mbap­pé, mais à condi­tion que cette pro­lon­ga­tion res­pecte le mo­dèle éco­no­mique de Mo­na­co. J’es­père que nous y ar­ri­ve­rons, mais il ne faut pas trop pous­ser car c’est une dé­ci­sion très im­por­tante. Il faut lais­ser du temps, ne pas se pré­ci­pi­ter », a pré­ci­sé hier le vice-pré­sident Va­dim Va­si­lyev, lors de la pré­sen­ta­tion of­fi­cielle des re­crues à l’hô­tel Fair­mont. De son cô­té, Leo­nar­do Jar­dim, cons­cient de sa mis­sion sur le Ro­cher - « C’est ma qua­trième sai­son ici, je sais com­ment ça se passe », aime-t-il rap­pe­ler - n’a ja­mais sup­plié Mbap­pé de res­ter. Dans son dis­cours, comme dans ce­lui de sa di­rec­tion russe, les mots « tra­vail » et « pro­gres­sion » sont ré­pé­tés. Lors du stage en Suisse, Va­dim Va­si­lyev avait don­né ren­dez-vous à Mbap­pé de­vant l’hô­tel des joueurs, en mi­lieu de jour­née, pour une dis­cus­sion en tête à tête d’une ving­taine de mi­nutes. Au calme. Le jeune at­ta­quant a plus écou­té qu’il n’a par­lé, mais rien n’a fil­tré sur ces échanges. Pas be­soin d’être té­lé­pathe pour en connaître le su­jet. «Quand vous êtes sol­li­ci­tés par tous les grands clubs eu­ro­péens et que Mo­na­co sou­haite pro­lon­ger le joueur, vous sa­vez, c’est une dé­ci­sion im­por­tante. Il faut vrai­ment ré­flé­chir», a ex­pli­qué Va­si­lyev.

Flo­ren­ti­no Pe­rez dé­ment un ac­cord

Le club comme le joueur sont tou­jours en train de pe­ser le pour et le contre. D’un dé­part, d’une pro­lon­ga­tion. Concer­nant la “bom­ba” lan­cée par Mar­ca, qui ne s’est même pas em­bar­ras­sé du condi­tion­nel, Mo­na­co a très vite dé­men­ti en cou­lisses tout ac­cord. Va­si­lyev l’a ré­pé­té hier face ca­mé­ra. Plus fort en­core, Flo­ren­ti­no Pe­rez, en per­sonne, avait éga­le­ment dé­men­ti en cou­lisses. Le pré­sident du Real évo­quait même l’idée que cette fuite dans les jour­naux ne serve qu’à pous­ser Man­ches­ter Ci­ty à payer. Plus. Beau­coup plus. Au mi­lieu, Jorge Mendes, l’in­fluent agent, qui ne s’oc­cupe nul­le­ment des in­té­rêts de Mbap­pé, se­rait ve­nu aus­si mettre son grain de sel et sou­hai­te­rait par­ti­ci­per à un éven­tuel trans­fert XXXL. À Mo­na­co, on ne s’en est ja­mais ca­ché: «On ne re­tient pas un joueur qui veut par­tir. » Mais par contre, on vend tou­jours au plus of­frant. Et c’est sur ce point que per­sonne ne tombe d’ac­cord. Si Mbap­pé sou­haite par­tir, il n’au­ra pas l’as­su­rance d’al­ler où il le sou­haite (Real et Bar­ça en têtes). Car sur le Ro­cher, per­sonne n’a ou­blié la ju­ris­pru­dence Fal­cao, qui, sur un tacle ano­din contre Chas­se­lay, avait fait vo­ler en éclats le pro­jet de l’ASM en même temps que son li­ga­ment croi­sé. Au­tre­ment dit, quand les très grosses offres passent, il faut sa­voir les sai­sir. De peur qu’elles ne se re­pré­sentent plus...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.