Trop gen­til…

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente -

On ne s’at­ten­dait pas à une telle dé­li­ca­tesse de la part de Fran­çois Hol­lande bien qu’à ses dé­buts en po­li­tique il eut été sur­nom­mé « fraise des bois » par Laurent Fa­bius. Qu’il ait dé­cla­ré « Je ne vou­drais pas gê­ner mon suc­ces­seur ! » at­teste à la fois qu’il n’a pas de ran­cune contre la vi­père ré­chauf­fée dans son sein et qu’il est par­fai­te­ment cons­cient du re­jet du­rable sus­ci­té par la loi tra­vail et la baisse de l’aide au lo­ge­ment. Pre­mier ama­teur à se re­trou­ver à la tête de l’État sans avoir ja­mais été mi­nistre, l’an­cien maire de Tulle pousse la so­li­da­ri­té jus­qu’à s’abs­te­nir de re­mar­quer que M. Ma­cron s’abrite der­rière les textes de son pré­dé­ces­seur alors qu’il n’a pas craint de dé­tri­co­ter la re­te­nue à la source et les rythmes sco­laires. On no­te­ra éga­le­ment que l’ex sep­tième pré­sident de la Ré­pu­blique ne pré­cise pas quelle cri­tique de sa part au­rait pu em­bar­ras­ser le hui­tième. S’agit-il d’une co­los­sale dette pu­blique ou du chô­mage re­belle à tout trai­te­ment ? Au fait, Hol­lande n’au­rait-il pas été fon­dé à re­pro­cher à Ma­cron de ne pas l’avoir fait pro­fi­ter de ses gé­niales théo­ries quelques an­nées plus tôt lors­qu’il était l’ins­pi­ra­teur de sa po­li­tique éco­no­mique ? Bref, peut-on sous-en­tendre par pure gen­tillesse que le pas­sé n’a au­cun poids sur l’ave­nir ? Sur­tout quand il s’agit de notre cher

et vieux pays.

Le billet de Phi­lippe Bou­vard

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.