Le jour d’après

LE FEU DE BORMES FIXÉ APRÈS AVOIR PAR­COU­RU  HEC­TARES

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - S. CHAUDHARI

Les pay­sages si­nistres et lu­naires de len­de­main d’in­cen­die se ré­vèlent tris­te­ment à Bormes. Les 12 000 per­sonnes éva­cuées ont pu re­ga­gner leurs lo­ge­ments. En marge du si­nistre, des élans spon­ta­nés de so­li­da­ri­té ont ré­chauf­fé les coeurs. Hier soir, l’in­cen­die d’Ar­tigues-Seillons ne me­na­çait plus au­cun vil­lage.

La ten­sion est re­des­cen­due d’un cran, hier, après l’in­tense jour­née de mer­cre­di mar­quée par un ré­veil du feu dans le sec­teur de Gi­ga­ro et du Cap Lar­dier.

MOYENS HU­MAINS ET MA­TÉ­RIELS En­vi­ron une cen­taine de sol­dats du feu étaient tou­jours mo­bi­li­sés hier ma­tin sur le sec­teur Gi­ga­ro pour dé­tec­ter la moindre ano­ma­lie et noyer les foyers. Il a été lé­gè­re­ment al­lé­gé en cours de jour­née. De plus, une di­zaine de vé­hi­cules de lutte an­ti-in­cen­die et por­teur d’eau, étaient po­si­tion­nés pour pa­rer à tout com­bat, sans comp­ter tous les vé­hi­cules an­nexes. Le com­man­de­ment des opé­ra­tions de se­cours a été confié au Ca­pi­taine Per­ret. Les opé­ra­tions se­ront main­te­nues au moins jus­qu’à ce soir.

LE BI­LAN La jour­née d’hier a été re­la­ti­ve­ment calme. Seules quelques fu­me­rolles étaient vi­sibles de temps à autre, en rai­son de ra­fales de vent d’Ouest souf­flant de 30 à 40 km/h et maî­tri­sées dans la fou­lée. Le bi­lan glo­bal ne s’est donc pas alour­di : l’in­cen­die sur­ve­nu lun­di soir au­ra ra­va­gé au to­tal 500 hec­tares en­vi­ron.

RÈGLEMENTATION Le mas­sif des Maures était clas­sé « noir », c’est-à-dire au plus haut de­gré de risques d’in­cen­die, dû en par­tie à un des­sé­che­ment im­por­tant de la vé­gé­ta­tion. Il était donc for­mel­le­ment in­ter­dit au grand pu­blic d’y pé­né­trer à pied. L’ac­cès aux vé­hi­cules est éga­le­ment pro­hi­bé. Ce risque « ex­cep­tion­nel » reste en vi­gueur au­jourd’hui.

CONSER­VA­TOIRE DU LIT­TO­RAL Ges­tion­naire de la ma­jo­ri­té des terres brû­lées, le Conser­va­toire du lit­to­ral conti­nuait hier à ef­fec­tuer un état des lieux, qui s’af­fine pe­tit à pe­tit. Un plan d’ac­tions à me­ner va suivre.

L’EN­QUÊTE À ce stade, les en­quê­teurs n’écartent tou­jours au­cune piste, la thèse cri­mi­nelle n’étant pas éta­blie du tout. Dans la nuit de lun­di à mar­di, des tech­ni­ciens en iden­ti­fi­ca­tion cri­mi­nelle (TIC) sont ve­nus, de l’OuestVar, ef­fec­tuer des pré­lè­ve­ments. Et sont re­ve­nus mar­di ma­tin. Les ré­sul­tats des ana­lyses et leurs ob­ser­va­tions per­met­tront (peu­têtre) d’éta­blir des res­pon­sa­bi­li­tés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.