Di Ca­prio c’est du hors sol

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De St - Tropez - de Chris­tophe Caïet­ti

La Fon­da­tion Léo­nar­do di Ca­prio pour la pla­nète, c’est un peu comme les fraises d’Es­pagne : elle pousse en hors-sol, la tête vers le so­leil mais sans ja­mais voir la terre, les ra­cines trop bien ran­gées dans un bo­cal asep­ti­sé. Dé­con­nec­tées du monde réel. C’est ce que l’on peut croire en tout cas après la gi­gan­tesque soi­rée de ga­la don­née mer­cre­di soir sous le cha­pi­teau ca­thé­drale ins­tal­lé tout ex­près au do­maine de Ber­taud-Be­lieu, pro­prié­té ka­za­khe. La soi­rée ca­ri­ta­tive a du­ré sept heures, dont une bonne par­tie de dis­cours sur l’ur­gence et la né­ces­si­té d’agir pour sau­ver la pla­nète. Des heures de dis­cours... mais pas un seul mot sur les ter­ribles in­cen­dies en train de ra­va­ger les tré­sors du Var et de la Pres­qu’île au même ins­tant, à quelques ki­lo­mètres à peine. Pas un mot pour rendre hom­mage au com­bat hé­roique des pom­piers, lut­tant fa­rou­che­ment contre les flammes, au pé­ril de leur vie, pour sau­ver mètre car­ré après mètre car­ré de ver­dure. Toutes les stars et tous les mil­liar­daires pré­sents sont-ils donc ar­ri­vés sous cloche pour ne pas avoir sen­ti la fu­mée et tout igno­rer du drame en train de se jouer dans nos fo­rêts ? Sur leur pla­nète. Ma­don­na c’est sûr. La di­va, après avoir chan­té quatre tubes sur scène, s’est em­pres­sée d’écrire sur son compte Twit­ter : « C’était vrai­ment une soi­rée de feu » ! Une bourde qui a en­flam­mé les ré­seaux so­ciaux hier. Léo­nar­do di Ca­prio lui, en­fer­mé dans sa bulle, n’a pen­sé qu’à en­cen­ser Anne Hi­dal­go pour la si­gna­ture de l’ac­cord de Pa­ris. Cette der­nière au­rait pu rat­tra­per le coup, au nom de la France, mais non. Toute émous­tillée des com­pli­ments de la star Léo, elle n’a pas fait la moindre al­lu­sion non plus aux in­cen­dies en cours. Le Var était pour­tant bel et bien à feu et à sang. A ge­noux et en dé­tresse. Les en­chères as­su­rées pen­dant cette soi­rée de ga­la ont rap­por­té plus de  mil­lions de dol­lars à la fon­da­tion Léo­nar­do di Ca­prio. Après dé­duc­tion des frais, certes as­tro­no­miques, d’or­ga­ni­sa­tion, cette somme ira ma­jo­ri­tai­re­ment à de grandes ONG qui luttent vrai­ment pour sau­ver la pla­nète. Léo le hors sol au­ra donc mal­gré tout fait son bou­lot re­con­nais­sons-le. Il n’em­pêche que les vrais hé­ros hier ma­tin dans le Golfe, outre les pom­piers com­bat­tants ex­té­nués, n’étaient ni Léo­nar­do, ni les mil­liar­daires don­neurs d’un jour, mais bien les di­zaines d’au­toch­tones qui par­ti­cipent comme ils peuvent à l’élan de so­li­da­ri­té au pro­fit des fa­milles si­nis­trées du Do­maine de La Tour­raque. Un ma­gni­fique pa­ra­doxe dans la so­cié­té du pa­raître.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.