De Paim­pol à la ci­té de la ba­si­lique en pas­sant par Men­ton

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var -

Ho­no­rine est née le 28 juillet 1903 à Ké­ri­ty Paim­pol dans les Cô­tesd’Ar­mor au sein d’une fa­mille de pê­cheurs de mo­rues en Is­lande et Groen­land. Il lui faut, après le dé­cès de son père, épau­ler sa mère et ses deux soeurs plus jeunes. Pour sub­ve­nir aux be­soins du foyer, elle quitte l’école à 16 ans et in­tègre un ate­lier de cou­ture, un hô­tel, et rentre au ser­vice d’une fa­mille bour­geoise. L’hi­ver, ses pa­trons (construc­teurs de ba­teaux, N.D.L.R.) pre­naient leur quar­tier à Men­ton. Là, Ho­no­rine Ca­do­ret tombe amou­reuse d’Etienne Fran­çois Ron­del­lo, dé­co­ra­teur cé­ra­miste dans une usine de faïence et ori­gi­naire de Ro­que­brune-Cap-Mar­tin. Le 2 oc­tobre 1929, ils scellent leur union. Dix ans plus tard, na­quit leur fille, Yvette. La Deuxième Guerre mon­diale éclate et la fa­mille doit éva­cuer la ville. En 1941, ils posent leurs va­lises à SaintMaxi­min. Ho­no­rine est alors em­ployée comme femme de mé­nage au Tré­sor pu­blic. Son époux s’éteint en 1984. La Maxi­mi­noise d’adop­tion prend sa re­traite à… 73 ans. Hé­ber­gée chez sa fille, elle est vic­time d’une chute. Le col du fé­mur et l’épaule sont tou­chés. Elle ne quit­te­ra dès lors plus le fau­teuil rou­lant. Son ins­tal­la­tion à l’Eh­pad Aux trois tilleuls est alors né­ces­saire le 17 juin 2010. Où elle re­çoit la vi­site de ses pe­tits-en­fants Ber­nard et Mi­chel, et de son ar­rière-pe­tit-fils, Loïc âgé de 21 ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.