Me­tel­la ouvre le bal

Le na­geur li­cen­cié à Mar­seille a of­fert sa pre­mière mé­daille à la France en ter­mi­nant 3e du 100 m nage libre, sa pre­mière ré­com­pense mon­diale en in­di­vi­duel

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Meh­dy Me­tel­la, 25 ans, cham­pion du monde en 2015 et vice-cham­pion olym­pique en 2016 avec le re­lais 4x100 m mes­sieurs, a dé­blo­qué hier le comp­teur de l’équipe de France au cin­quième jour des épreuves en bas­sin. Il est aus­si le pre­mier Fran­çais à mon­ter sur le po­dium mon­dial du 100 m, grâce au bronze ob­te­nu hier de­puis William Mey­nard en 2011. « C’est un abou­tis­se­ment pour Meh­dy. Il jouait la gagne, c’est un grand com­pé­ti­teur mais il est 3e mon­dial du 100 m, l’épreuve reine », ré­sume Ju­lien Jac­quier, son en­traî­neur de­puis quatre ans. « Je n’ar­rive pas à réa­li­ser ce que je viens de faire », re­con­naît de son cô­té le na­geur. Cette mé­daille de bronze vient ré­com­pen­ser une sai­son d’une in­édite ré­gu­la­ri­té du Mar­seillais, à l’en­traî­ne­ment comme en com­pé­ti­tion. « Cette an­née, je n’ai pas grand-chose à lui re­pro­cher, sou­ligne Jac­quier. Il s’est dit que ça va­lait le coup de nager parce qu’il pou­vait faire par­tie des meilleurs au monde. Jus­qu’à pré­sent, il ne s’était pas pla­cé dans cette po­si­tion­là. » Après les Ma­nau­dou, Laure et Florent, la na­ta­tion fran­çaise se dé­couvre une nou­velle fra­trie mé­daillée mon­diale : sa soeur aî­née Ma­lia (35 ans) était mon­tée sur la deuxième marche du po­dium du 100 m en 2005.

Dé­cep­tion, sou­la­ge­ment et fier­té

Hier, ses 47’’65 na­gées en de­mi-fi­nales, meilleur temps et re­cord per­son­nel pul­vé­ri­sé de près d’une de­mi-se­conde, avaient fait de Me­tel­la le Fran­çais le plus ra­pide sur l’al­ler­re­tour hors com­bi­nai­sons, de­vant Yan­nick Agnel (47’84). Et n’avaient pas man­qué de faire naître les plus grands es­poirs. Mais 24h plus tard, c’est le jeune Amé­ri­cain Cae­leb Dres­sel (20 ans) qui a mis un sé­rieux coup d’ac­cé­lé­ra­teur. Ar­ri­vé dans la ca­pi­tale hon­groise avec la meilleure per­for­mance mon­diale de l’an­née (47’’26), il a en­core ga­gné un dixième pour s’y im­po­ser en 47’’17. Me­tel­la (47’’89), lui, n’est sé­pa­ré de Na­than Adrian et de la 2e place que par seule­ment deux cen­tièmes. Un souffle qui a fait os­cil­ler le Guya­nais, mé­daillé dès sa

pre­mière fi­nale in­ter­na­tio­nale sur 100 m, entre « dé­cep­tion », « sou­la­ge­ment » et « fier­té ». « Entre les 50 et les 75 m, je me dé­cale sur (Na­than) Adrian,

je lui donne ma vague et il ne fal­lait pas. Il m’a bat­tu à la touche, c’est sûr. Mais je fais une mé­daille quand même, (l’Aus­tra­lien Ca­me­ron) McE­voy

(4e en 47’’92), il au­rait bien ai­mé le bronze ! », lan­cet-il. « Il était peut-être un peu plus fer­mé, un peu plus stres­sé par

l’évé­ne­ment mais c’était de l’en­vie, pas de la peur » ,adé­crit Jac­quier, au su­jet de son pou­lain. Pour Me­tel­la comme pour Dres­sel, place au 100 m pa­pillon ce ma­tin. « Pour­quoi pas faire la même chose, ou mieux ? », lance le Fran­çais. « Il va y al­ler avec en­core moins de pres­sion, en­core plus de dé­ter­mi­na­tion », es­time Jac­quier Il n’y a plus qu’à.

(Pho­tos AFP)

Le na­tif de Cayenne dis­pu­tait sa pre­mière fi­nale mon­diale hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.