AL­PHA BLON­DY, VOIX DE PAIX

Il a le reg­gae dans la peau. En qua­rante ans de car­rière, Al­pha Blon­dy est de­ve­nu un per­son­nage à part dans le pay­sage mu­si­cal mon­dial. Une icône pour une jeu­nesse par­fois per­due

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/Monde - Textes: An­toine MEDEIROS. Pho­tos: P. MEIFFRED, A. LEBEL, V. ROSSOTTI, MaxPPP, K, An­toine Wa­gner Stu­dio, R. ARMANDO pour Tho­mas No­wak Con­sul­ting et DR

An­née 1982. Sey­dou Ko­né est loin d’être la star qu’il est au­jourd’hui. Al­pha Blon­dy n’est pas en­core Al­pha Blon­dy. À bien­tôt 30 ans, le na­tif de Dim­bo­kro en Côte d’Ivoire vient de faire dé­col­ler sa car­rière. George Ben­son (pas l’Amé­ri­cain) lui pro­duit son pre­mier al­bum. Jah Glo­ry sort dans les bacs. L’une des pistes fait ti­quer, dé­nonce les vio­lences po­li­cières: Bri­ga­dier

Sa­ba­ri est née et, avec elle, le suc­cès. Une simple chan­son a lan­cé l’un des plus grands reg­gae­man de l’his­toire. Al­pha Blon­dy, le ré­vol­té, l’un des suc­ces­seurs de la lé­gende Bob Mar­ley. Une fi­gure, ca­pable de rem­plir des stades en Afrique, des Zé­nith en France et de faire de nom­breuses tour­nées en Océa­nie ou en Amé­rique.

Il chante la paix comme le fai­sait Bob Mar­ley

Dif­fi­cile de ré­su­mer la car­rière du chan­teur. Pé­rilleux même. Il règne chez lui une sorte d’au­ra com­pli­quée à re­trans­crire. Cer­tains di­ront même un mys­ti­cisme. Une chose est sûre, Al­pha est ha­bi­té par une vo­lon­té. Elle le pousse à réus­sir. C’est ce dé­sir qui a fait son en­ga­ge­ment po­li­tique dans ses nom­breuses mu­siques. Ce sou­hait fou de voir la paix ré­gner. Peu­têtre que c’est aus­si la douce per­sua­sion que la mu­sique peut faire avan­cer le monde, le soi­gner. Chez Bob Mar­ley pré­do­mi­nait la même chose, lui qui chan­ta Re­demp­tion

song avec une foi qui trans­pi­rait l’op­ti­misme. Al­pha Blon­dy aus­si n’a ja­mais hé­si­té à haus­ser la voix. À dé­non­cer. En 1985, le reg­gae­man, qui par­ti à New York à 23 ans, sort son troi­sième al­bum. Son nom ? Apar­theid Is Na­zism. Clair, net et pré­cis. L’homme dé­teste la guerre – il a même re­fu­sé de sor­tir un disque tant que son pays était en conflit – tente de rap­pro­cher les peuples grâce à sa mu­sique, à ses pa­roles. Le tube qui le lan­ça, Bri­ga­dier Sa­ba­ri (en fran­çais, pi­tié bri­ga­dier) a été écrit après qu’il ait vu une rafle de la po­lice ivoi­rienne. Ré­vol­té. Comme toute star qui se res­pecte, l’Al­pha prend les choses à coeur, met à mal ses nerfs après de longues et éprou­vantes tour­nées. Comme toute star, il a été cri­ti­qué pour cer­tains faits, comme ses liens avec les dif­fé­rents pré­si­dents ivoi­riens.

Avec The So­lar Sys­tem

Mais Al­pha Blon­dy at­tire aus­si la lu­mière et la re­flète. Les louanges at­té­nuent les cri­tiques. Le reg­gae­man est no­tam­ment en­ga­gé pour la li­ber­té de la presse sur le conti­nent afri­cain, est am­bas­sa­deur de l’ONU pour la paix en Côte d’Ivoire, s’est ra­bi­bo­ché avec l’autre fi­gure du reg­gae du pays Ti­ken Jah Fa­ko­ly pour en­ta­mer une grande tour­née de la ré­con­ci­lia­tion… Im­par­fait, certes, mais chan­tant l’amour. Fi­dèle aus­si. Al­pha Blon­dy ne se­ra pas seul à Lu­nal­le­na. Comme sou­vent, il vien­dra ac­com­pa­gné du groupe qui le suit de­puis de longues an­nées: The So­lar Sys­tem. L’en­semble pro­met d’être lu­mi­neux. Le ren­du ma­gni­fique. C’est qua­si­ment qua­rante ans d’une riche car­rière qui se pro­dui­ront au stade De­fer­ra­ri de Bandol. Entre pou­voir mys­tique et éner­gie po­si­tive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.