Un ra­dar va­rois flashe à tout-va

Nous avons em­bar­qué hier dans une voiture ba­na­li­sée de gen­dar­me­rie équi­pée d’un ra­dar der­nière gé­né­ra­tion. Et ce, au coeur du plus gros chassé-croisé de l’an­née

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - GRÉGORY LECLERC gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

La Da­cia San­de­ro Step­way rouge s’est glis­sée hier dans le tra­fic dense de l’au­to­route A8. Rien qui ne la dis­tingue des autres dans le flot in­in­ter­rom­pu. Un vé­hi­cule de Mon­sieur-Tout-le-Monde en quelque sorte, si ce n’étaient les deux gen­darmes en uni­forme as­sis à l’avant. Autre dé­tail tout de même : la voiture dis­pose d’un cap­teur sur la ca­landre avant et d’un ra­dar ca­ché sous la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion. «Le cap­teur in­fra­rouge hy­per­sen­sible per­met de prendre les pho­tos de nuit. C’est aus­si ef­fi­cace qu’un flash, mais in­vi­sible », com­mente Jé­rôme, gen­darme de l’Es­ca­dron dé­par­te­men­tal de sé­cu­ri­té rou­tière. Cette voiture sillonne les routes du Var et des Alpes-Ma­ri­times, de­puis Fré­jus jus­qu’à la fron­tière ita­lienne. Elle em­barque à son bord un ra­dar der­nière gé­né­ra­tion, re­lié à un GPS et à une ca­mé­ra qui pho­to­gra­phie les contre­ve­nants. « L’avan­tage, c’est qu’on peut fla­sher les vé­hi­cules en rou­lant. Sur les dé­par­te­men­tales, on peut à la fois prendre celles qui nous doublent et celles qui ar­rivent en face.» Cinq voi­tures ba­na­li­sées sillonnent ain­si les routes des Alpes-Ma­ri­times et une par­tie du Var : deux pour la gen­dar­me­rie, deux pour la po­lice na­tio­nale, une pour la CRS. To­ta­le­ment ano­nyme, la Da­cia s’est fau­fi­lée hier sur l’A8. Peu de contre­ve­nants ont été fla­shés, le tra­fic était en ef­fet trop dense en ce week-end de chassé-croisé. Mal­gré tout, le temps de notre de­mi-heure à bord, un mo­tard a été pris par la voiture fur­tive. Il a été fla­shé à 142 km/h contre 110 km/h, mais seuls 134 km/h seront re­te­nus contre lui. Le pi­lote ne s’est aper­çu de rien, per­sonne ne l’a ar­rê­té. Le sys­tème in­for­ma­ti­sé de la voiture en­ver­ra di­rec­te­ment le re­le­vé au centre na­tio­nal de trai­te­ment des in­frac­tions rou­tières de Rennes. Le mo­tard re­ce­vra le PV dans quelques jours. «Si nous avons deux vé­hi­cules sur la même pho­to, celle-ci est je­tée di­rec­te­ment par l’or­di­na­teur, sou­ligne Jé­rôme. Il éli­mine le doute. » De­puis quelques jours, les contrôles rou­tiers ont été renforcés dans les Alpes-Ma­ri­times. Le dé­par­te­ment voi­sin a en ef­fet dé­jà en­re­gis­tré huit morts de­puis le dé­but du mois (triste re­cord de­puis 2009), et 36 de­puis le dé­but de l’an­née.

Pri­va­ti­sa­tion d’ici dé­cembre

L’État en­vi­sage tou­jours de pri­va­ti­ser le ser­vice des ra­dars em­bar­qués. Chaque vé­hi­cule (70000 eu­ros l’uni­té, 18 000 eu­ros d’en­tre­tien par an), ne roule en moyenne que 1 h 13 par jour. « Cette ex­ter­na­li­sa­tion est tou­jours ex­pé­ri­men­tée dans cer­tains dé­par­te­ments, mais pas dans le su­dest de la France, sou­ligne Jean-Ga­briel De­la­croix. Le mi­nis­tère de l’In­té­rieur et la dé­lé­ga­tion à la sé­cu­ri­té rou­tière vont agréer un cer­tain nombre d’opé­ra­teurs d’ici fin 2017. Ils pren­dront le re­lais des forces de l’ordre ce qui per­met­tra de faire rou­ler beau­coup plus les vé­hi­cules. » Un conduc­teur aver­ti en vaut deux.

(Pho­to P. La­poi­rie)

À l’avant, un cap­teur in­fra­rouge, sous la plaque. Cette der­nière s’abaisse et dis­si­mule le ra­dar. La gen­dar­me­rie ne cherche pas à ca­cher l’im­ma­tri­cu­la­tion de la voiture ra­dar. Elle est lar­ge­ment dif­fu­sée sur les ré­seaux so­ciaux...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.